• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

A Lyon, la manifestation contre la PMA ne fait pas le plein

Près de 400 opposants à l'extension de la PMA ont répondu à l'appel de l'association "Cosette et Gavroche". / © FTV
Près de 400 opposants à l'extension de la PMA ont répondu à l'appel de l'association "Cosette et Gavroche". / © FTV

Alors qu'une manifestation nationale est prévue en octobre, des opposants à l'extension de la PMA se sont rassemblés à Lyon, place Bellecour, ce jeudi 12 septembre. 6 ans après les "manifs pour tous", cette action a rassemblé moins de 400 personnes.

Par Mathieu Boudet

6 ans après le mariage pour tous, qui a rassemblé des dizaines de milliers de manifestants à Lyon, la mobilisation reprend. Les opposants à l'extension de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) manifestaient place Bellecour à Lyon ce jeudi 12 septembre à 18h. Alors que cette manifestation avait une valeur de test pour les opposants à ce texte, elle a réunit moins de 400 personnes.

 

Contre la loi bio-éthique


Les organisateurs s'opposent au projet de loi sur la bioéthique proposé par le gouvernement cet été, et pour lequel des auditions sont en cours à l’Assemblée Nationale, avant des débats cet automne. Conformément à un engagement du président de la République, cette révision doit permettre l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, et non seulement aux couples hétérosexuels, ouvrir de nouveaux droits pour les enfants nés de dons, ou encore faciliter la solidarité entre personnes (dons d'organes ou de cellules souches). Les organisateurs de la manifestation s'opposent à l'extension de la PMA à toutes les femmes, faisant valoir que "les pères sont essentiels dans l'éducation de l'enfant". "Nous refusons l'instrumentalisation de la médecine française et de la sécurité sociale à des fins idéologiques", avancaient-ils dans un tract appelant à la mobilisation. 
 
 

Lyon, place forte de la mobilisation


C'est l'association « Cosette et Gavroche », basée à Lyon, qui relance le bras de fer. Le président de l’association, le médecin Raphaël Nogier, a indiqué à nos confrères du Progrés « qu’aucune personnalité politique n’a été invitée comme orateur », pour « éviter toute récupération ». Né en 2012 lors de la préparation de la loi ouvrant le droit au mariage pour les couples homosexuels, ce mouvement a fait partie des acteurs majeurs contre le mariage pour tous. Durant les débats parlementaires, les "manifs pour tous" avaient rassemblés des dizaines de milliers de partisans à Lyon, en faisant la capitale provinciale de la mobilisation. Ce rassemblement était organisé alors que la "manif pour tous" appelle à une manifestation nationale "contre la PMA sans père et la GPA" le 6 octobre prochain.   

 

La GPA en ligne de mire


Le rassemblement était l'occasion de se compter pour les opposants au texte, alors que des éléments de doute sont apparus sur l'ampleur de la mobilisation à venir. D'autant qu'en toile de fond, la Gestation Pour Autrui (GPA) reste la mère des futures batailles éventuelles, pour ces opposants. Depuis le début du combat contre le mariage pour tous, les militants s'inquiètent en effet avant tout de voir la GPA autorisée un jour en France. Ils considèrent la nouvelle loi sur la PMA comme un pas supplémentaire permettant son éventuelle autorisation, et redoutent que les couples homosexuels, LGBT+ ou hétérosexuels dont la femme ne peut porter l'enfant, ne réclament l’autorisation de la GPA après l'extension de la PMA. Pourtant, dans le cadre de cette révision de loi, le gouvernement indique dans son projet que "(...) le respect de la dignité humaine et la non marchandisation du corps humain conduisent à maintenir l’interdiction de la gestation pour autrui." 






 

Sur le même sujet

Clermont-Ferrand : une campagne de sensibilisation lancée pour éviter les accidents sur les voies du tramway

Les + Lus