• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon: trois ans de prison avec sursis requis à l'encontre d'un commissaire priseur poursuivi pour abus de confiance

20 décembre 2018 : Jean-Claude Anaf, commissaire priseur, arrive au tribunal correctionnel de Lyon. Il est jugé avec son associé pour abus de confiance / © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP
20 décembre 2018 : Jean-Claude Anaf, commissaire priseur, arrive au tribunal correctionnel de Lyon. Il est jugé avec son associé pour abus de confiance / © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Me Jean-Claude Anaf, célèbre commissaire-priseur lyonnais  et son associé Jean Martinon étaient appelés à comparaître ce jeudi 20 décembre 2018 devant le tribunal correctionnel de Lyon pour abus de confiance. Des peines de prison avec sursis ont été requises. Jugement, le 24 janvier.

Par Aude Henry

Voyages, cadeaux, hôtels de luxe et réceptions. Pour s'assurer ce train de vie fastueux, le commissaire priseur Jean-Claude Anaf et son associé Jean Martinon, se servaient dans la caisse de leur hôtel des ventes pour un montant estimé à 465.870 euros.

Mis en examen en décembre 2014, les deux hommes comparaissaient quatre ans plus tard devant le tribunal correctionnel de Lyon pour abus de confiance aggravé.
 

Face aux juges, Jean-Claude Anaf a fini en larmes, et a "mal vécu" l'énoncé des réquisitions selon nos confrères du journal Le Progrès, et de Lyon Mag. Trois ans de prison avec sursis et un peu plus de 465.000 euros d'amende ou de confiscation des biens ont été requis à l'encontre du commissaire-priseur.
Son associé, Jean Martinon, s'expose quant à lui, à une peine de deux ans de prison avec sursis et à 236.000 euros d'amende.
 
Le jugement sera rendu le 24 janvier prochain


 

Sur le même sujet

Gasset : 1 an à l'ASSE

Les + Lus