Lyon. Un laboratoire développe un analgésique sans effets secondaires

Un laboratoire basé à Lyon et Genève lance un nouvel essai clinique sur l’homme sur un analgésique «nouvelle génération» qui n’est pas un dérivé de la morphine, sans effets secondaires, ni accoutumance.

Le groupe Stragen travaille sur les enképhalines, de puissants analgésiques naturels, en vue de créer des anti-douleurs sans effets secondaires.
Le groupe Stragen travaille sur les enképhalines, de puissants analgésiques naturels, en vue de créer des anti-douleurs sans effets secondaires. © Richard Villalon - MaxPPP

Le groupe Stragen, dont le siège social est à Genève, et la R&D à Lyon a annoncé l’inclusion du premier patient dans l’essai clinique de phase IIa de «STR-324» : un analgésique «nouvelle génération» qui n’est pas un dérivé de la morphine.

Un analgésique sans effets secondaires 

Les analgésiques les plus utilisés dans le monde sont pour la plupart des dérivés opioïdés (dérivés de la morphine). Ils sont puissants contre la douleur mais ils ont des effets indésirables non négligeables sur le système gastro-intestinal, cardio-respiratoire, sans compter le risque d’addiction lorsque la douleur persistante incite à augmenter les doses et la durée du traitement.

«STR-324» agit différemment des dérivés opioïdes qui se répandent dans tous le corps, explique Victor Juarez Perez, directeur scientifique de Stragen à Lyon. Cette nouvelle molécule intervient localement, à l’endroit de la douleur initiale… Lorsque vous vous blessez, votre organisme réagit et génère immédiatement des enképhalines à l’endroit de la blessure. Ces enképhalines sont de puissants analgésiques naturels qui vont atténuer la sensation de douleur. Mais cet effet est momentané. Très rapidement, ces enképhalines vont être dégradées par des enzymes et la douleur revient. «STR-324» cible ces enzymes et les inhibe : les enképhalines vont donc être efficace plus longtemps contre la douleur.

Une recherche initiale de l’Institut Pasteur

C’est l’Institut Pasteur qui a découvert le mécanisme délicat de la gestion de la sensation de douleur par l’organisme ; un véritable cocktail de molécules qui s’autorégulent :

Parallèlement, l’organisme régule ces enzymes par une autre molécule qui vient les bloquer. Cette autre molécule naturelle s’appelle «l’opiorphine».

L’opiorphine a été le sujet d’une autre recherche menée par le docteur Philippe Sitbon, médecin anesthésiologiste au Centre de cancérologie Gustave Roussy de Paris et chercheur Inserm.

"Nous avions remarqué que cette opiorphine avait une action limitée dans le temps car, elle aussi, se dégradait très vite" indique le docteur Sitbon. "En collaboration avec le laboratoire Stragen, nous avons donc trouvé un dérivé plus stable de cette opiorphine : le STR-324. Une étude effectuée sur un modèle animal a ensuite prouvé que le STR-324 avait un effet de longue durée sur la sensation de douleur." Le laboratoire Stragen a donc fait le pari de se lancer dans l’expérimentation sur l’homme.

Les premiers essais concluants sur l’Homme.

L’étude clinique de phase I, a confirmé l’absence d’évènements indésirables, précise Jean-Luc Tétard, PDG et Fondateur du groupe Stragen. Si cette nouvelle étude de phase II confirme son potentiel analgésique, le STR-324 apportera un traitement plus efficace à des millions de patients souffrant de douleurs, sans effets secondaires de type opioïde.

Cet essai de phase II a, s’effectuera «en double aveugle» sur 116 patients au centre médical de l’Université de Leiden aux Pays-Bas. Cela permettra de déterminer la dose optimale pour atténuer des douleurs postopératoires. L’efficacité de ce candidat-médicament sera jugée par rapport aux résultats obtenus sur un groupe de patients «placébo» explique Victor Juarez Perez, directeur scientifique de Stragen à Lyon

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
suisse international santé société recherche sciences