Lyon : les Verts contre le nucléaire réclament la fermeture de la centrale du Bugey avant 2024

Les élus écologistes de Lyon et de la Métropole demandent à l’Agence de Sureté Nucléaire de refuser la prolongation de 10 ans de l’activité de la Centrale nucléaire du Bugey. L'ASN a lancé une consultation publique. Elle est en cours jusqu'au 22 janvier 2021. 

Lyon : les Verts contre le nucléaire réclament la fermeture de la centrale du Bugey avant 2024
Lyon : les Verts contre le nucléaire réclament la fermeture de la centrale du Bugey avant 2024 © maxppp

Dans un communiqué du 19 janvier 2021, les élus EELV pointent les risques de sureté de la centrale nucléaire du Bugey. Cet équipement, implanté dans le département de l'Ain, est la plus vieille centrale nucléaire toujours en activité de France. Les élus Verts de la Métropole et de la Ville de Lyon réclament la fermeture de cette installation d’ici 2024 et demande à l'ASN de refuser la prolongation de 10 ans de son activité. Ils appellent les citoyens à participer en ce sens à la consultation publique qui doit se clôturer le vendredi 22 janvier.

"Dans le cadre de cette consultation, l’ASN invite à se prononcer sur les conditions de poursuite de fonctionnement des réacteurs 900 MW d’EDF au-delà de leur quarantième anniversaire, durée pour laquelle ils étaient conçus"  expliquent les élus. Ils précisent que "deux réacteurs sur les quatre sont concernés".

Les élus écologistes de Lyon et de la Métropole promettent aux employés de la Centrale d’accompagner leur reconversion vers des technologies énergétiques plus propres, "des industries de l’ère des énergies fossiles à l’ère de la résilience et de la prospérité soutenable". Les élus évoquent notamment la possibilité de se tourner dans la Plaine de l’Ain, vers "la production de panneaux solaires, le biogaz, la construction bois, l’agroécologie, l’éco-tourisme ou encore la recherche et développement en matériaux biosourcés."

Les élus Verts pointent du doigt les différents points qui posent problème en matière de sécurité. Géographiquement, la centrale est située à 30 km de Lyon. Elle est, en France, la plus proche d’une grande agglomération de plus d’un million d’habitants. Elle se trouve aussi à 17 km de Jonage, la commune la plus proche de la Métropole de Lyon. Elle est également exposée aux risques sismiques. "C’est donc pour garantir la sécurité et la santé des Grand-Lyonnais que nous demandons l’arrêt définitif, et à terme le démantèlement de la centrale nucléaire du Bugey", concluent les élus dans leur communiqué. 

L'opposition réagit avec force

"C’est avec une grande stupéfaction que nous avons appris la volonté des exécutifs de la Ville de Lyon et de la Métropole du Grand Lyon, de demander la fermeture de la centrale nucléaire du Bugey avant 2024". L'annonce des élus écologistes n'a pas manqué de faire réagir dans l'opposition. "Cette volonté des Verts exprimée sans connaissance réelle des enjeux et sans concertation est l’expression d’un pur dogmatisme", ont dénoncé ce mercredi 20 janvier dans un communiqué commun les élus du Rassemblement de la Droite, du Centre et de la Société Civile de la Métropole de Lyon.
Les élus dénoncent notamment "un manque de respect envers tous les élus locaux concernés par le suivi de cet équipement." Ils dénoncent également une position "exprimée sans aucun débat préalable alors que la Métropole est membre de la commission locale d’information de la centrale".

"Cette demande de fermeture met en danger l’indépendance énergétique de notre territoire alors que cette centrale produit 40 % de la consommation électrique sur le territoire Rhône-Alpin", indique le communiqué commun. Les signataires ajoutent "qu’il n’existe pour 2024 aucune alternative de production d’énergie décarbonée."

En outre, l'annonce des élus Verts "crée le désarroi chez 1 400 salariés d’EDF et leurs familles". Le texte dénonce des destructions d'emplois concernernant 600 employés permanents et desturction de travail pour "des milliers d’autres acteurs locaux qui bénéficient de marchés de travaux évalués à plus de 55 millions d’euros pour le grand carénage."

En conclusion, les signataires, parmi lesquels figurent le président du groupe et maire de Caluire-et-Cuire Philippe Cochet ou encore Lucien Barge, maire de Jonage, apportent leur soutien "au maintien de la production électrique nucléaire du Bugey et à l’ensemble des employés".

Sur les réseaux sociaux, on ironise ....

La demande des élus écologistes de Lyon et de la Métropole ne fait pas l'unanimité. Entre opposition franche et questionnements, les twittos réagissent aussi ... parfois avec humour et ironie.

"19 janvier 2021, les élus écologistes de #Lyon s'engagent à pédaler pour alimenter les habitants de #Lyon les jours sans vent" ironise @dc_morel

"Quand tu crois agir pour une cause juste mais qu'en vrai tu fais tout le contraire pcq ton ego te dit que tu as forcément raison" se moque @Zygomatix_C137

"st génial les écologistes, on va pouvoir cramer plus de charbon pour compenser cette fermeture!" assène  @DETLEFSENPatri1

"Dites donc messieurs les ecolos la région durable responsable équitable solidaire et j'en passe c'est donc le retour au charbon ?" questionne @chlagresle

"Remplacer Bugey par des panneaux photovoltaïques... Merci à vous pour la blague. Vous aurez fait ma journée Par contre il ne faudra pas vous limiter à la plaine de l’Ain..." réagit @LacroixJerome3

"@Fabien_Bagnon @brunobernard_fr. ah non svp, pas cela! J'apprécie les projets que vous lancez sur la métropole, Lyon, VBN notamment les projets sur le vélo, mais svp le nucléaire et bugey font partie de la solution au réchauffement, pas du problème ! Bien à vous @AEffondrement" tempête @nicocot49

D'autres, comme il faut en priorité se concentrer sur la Vallée de la chimie "...même maîtrisés les risques sont plus grands..." explique @HimeurSamira

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement polémique société europe écologie les verts politique