Lyon : les 4 113 victimes du Levothyrox ne seront pas indemnisées par Merck

Les avocats des plaignants évoquent leur déception. ils envisagent de faire appel. / © Yaelle Marie
Les avocats des plaignants évoquent leur déception. ils envisagent de faire appel. / © Yaelle Marie

Les 4113 victimes du nouveau Levothyrox ont perdu leur procès au civil contre le laboratoire Merck. Le tribunal de Lyon a estimé que le laboratoire n'avait commis aucune faute dans l'information dûe aux patients et qu'il n'y avait donc aucun préjudice susceptible de leur valoir une indemnisation.   

Par Philippe Bette

Elles espéraient une indemnisation conséquente pour le préjudice subi. Les victimes du nouveau Levothyrox n'ont pas obtenu gain de cause devant la justice lyonnaise. Le tribunal d'instance de Lyon a rendu sa décision ce mardi 5 février.

Il estime que le laboratoire Merck n'a pas commis de faute dans l'information dûe aux patients. Les 4113 patients qui s'estimaient trompés et réclamaient des indemnités sont donc déboutés. Ils devront par ailleurs assumer les frais de justice.
 

Le défaut d'information au coeur du procès 

Plus de 4000 plaignants avaient donc engagé une procédure en indemnisation contre le laboratoire Merck, dont le siège est à Lyon. Il estimaient avoir été trahis par le changement de formule du Levothyrox, source, selon eux, d'effets indesirables et pour certains de symptômes sévères. Au coeur du procès donc, l'information préalable dûe aux patients. Une obligation de transparence qui n'avait pas été respectée selon les victimes. Elles demandaient chacune 10 000 euros.    

Lors de l'audience, l'avocat du laboratoire avait détaillé pendant trois heures toute la communication mise en place à l'époque. Il admettait par ailleurs  le principe d'une expertise médicale pour certains d'entre eux. Il voulait établir formellement l'absence de corrélation entre la nouvelle formule du médicament et les symptômes décrits par les plaignants. L'avocat des victimes, lui, refusait la moindre expertise, trop complexe s'agissant du nombre de cas. En définitive, le tribunal a privilégié les arguments du laboratoire. Une procédure pénale contre le laboratoire Merck est néanmoins en cours d'instruction par la justice marseillaise
 

L'appel envisagé par les plaignants

En conférence de presse, les avocats de plaignants ont exprimé leur vive déception : « C’est une décision décevante en droit car le tribunal n’a pas tenu compte de nos arguments. Le combat continue et nous envisageons de faire appel ».
 
      

Sur le même sujet

Lyon : plongez dans l'oeuvre de Picasso!

Les + Lus