Dans l'affaire du meurtre barbare de la Croix-Rousse à Lyon en mars 2019, une quatrième condamnation vient de tomber. Elle concerne le mineur qui avait filmé la scène de torture et le meurtre d'un homme de 28 ans. Il vient d'être condamné à une peine de 8 ans de prison ferme.

Dans l'affaire du meurtre sanglant de la Croix-Rousse, la quatrième condamnation est tombée. Le jeune mis en cause vient d'être condamné à une peine de 8 années de prison ferme. La peine a été assortie "d'une interdiction de séjour dans le Rhône pendant 10 ans, de détenir ou porter une arme pendant 15 ans et d'un suivi socio-judiciaire pendant 5 ans avec obligation de soins".

Ce dernier a comparu devant le tribunal pour enfants statuant en matière criminelle. Il avait été interpellé en octobre 2019 dans le quartier Guillotière à Lyon, plusieurs mois après l'affaire sanglante dans laquelle il a été impliqué. 

La mort en direct

L'affaire remonte au 3 mars 2019. Ce jour-là, Ahmed Kourak et son ami Abdel avaient été séquestrés dans un appartement du 34 rue Jean-Baptiste Say, dans le 1er arrondissement de Lyon. Leurs tortionnaires étaient trois jeunes migrants algériens originaires, comme eux de la ville de Mostaganem. Ahmed Kourak, 28 ans, avait été retrouvé par les policiers le 5 mars, ligoté et sans vie, le corps lardé de coups de couteau.  Son ami était parvenu à s'enfuir, dénudé et ensanglanté.

La victime de 28 ans était un marin-pêcheur de nationalité algérienne qui avait fait une demande de régularisation en France.

La scène de torture et de meurtre avait été filmée par un quatrième individu, mineur au moment des faits. Une vidéo insoutenable qui avait ensuite été diffusée sur les réseaux sociaux. La vidéo montrait la victime en train d'être torturée par des jeunes gens, à visage découvert sur ces images.

La macabre découverte était intervenue après le signalement de cette vidéo à la police par une connaissance de la victime. 

Assises des mineurs : déjà 3 condamnations 

Quelques semaines après les faits, trois individus soupçonnés d'être les auteurs de ce carnage avaient été arrêtés en Espagne, près de Valence. Ces trois hommes qui se déclaraient migrants et mineurs, avaient été extradés vers la France. En raison de leur âge au moment des faits, leur procès a eu lieu en avril dernier devant les assises des mineurs. Le trio a comparu pour "meurtre avec actes de tortures et de barbarie en réunion" et pour "violences volontaires". Les trois individus avaient frappé et poignardé leurs victimes pour une raison qui reste aujourd’hui encore floue, malgré la piste futile évoquée  dans un premier temps , celle d'un  téléphone volé. 

Des peines allant de 13 à 20 ans de réclusion criminelle ont été prononcées à leur encontre le 11 avril dernier. Le quatrième mis en cause n'a pas été jugé par une cour d'assises, mais par le tribunal pour enfant statuant en matière criminelle, car il était âgé de 15 ans au moment des faits. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité