Nouvelle agression contre des pompiers en plein centre-ville de Lyon

Quelques jours après avoir déposé leurs casques devant la préfecture, des pompiers lyonnais ont à nouveau été agressés. En plein centre-ville de Lyon alors qu'ils se rendaient auprès d'une personne en détresse respiratoire. Ils ont déposé plainte.

250 pompiers ont déposé leurs casques mercredi 7 octobre devant les grilles de la préfecture du Rhône. Ils dénoncent les agressions à répétition.
250 pompiers ont déposé leurs casques mercredi 7 octobre devant les grilles de la préfecture du Rhône. Ils dénoncent les agressions à répétition. © Richard Mouillaud/MAXPPP
Ce fait divers démontre que les agressions contre les pompiers peuvent prendre plusieurs formes. Les attaques habituellement relayées dans les médias sont souvent des guets-apens. Mais ce matin, en plein centre-ville de Lyon, les pompiers ont essuyé jets de projectiles et coup à un kilomètre du lieu d'intervention.

Il est 10h30 environ quand, place de la Comédie, des personnes adressent un doigt d'honneur aux pompiers selon nos confrères du Progrès. Les soldats du feu se sont arrêtés pour demander des explications.
En réponse, ils ont reçu des crachats, des jets de projectiles et l'un d'eux, un coup de pied en bas du dos. Deux des trois pompiers de l'équipage ont été transférés à l'hôpital.
Pour Rémy Chabbouh, délégué syndical SUD, "il faut distinguer les violences urbaines, type feux de voitures suivis d'agressions, et les agressions liées aux victimes, à leur entourage (qui peuvent paniquer et devenir agressifs) ou comme ici, en transit, qui sont de plus en plus fréquentes depuis 5 ans."
 

Les pompiers ont déposé plainte. L'enquête ne pourra pas s'appuyer sur des images de caméra portative, les pompiers n'ont pas eu le réflexe de l'activer.
La victime en détresse respiratoire que ces pompiers devaient secourir a pu être prise en charge à temps par un autre équipage.
Cette agression intervient alors que mercredi dernier, les pompiers ont symboliquement déposés leurs casques devant la préfecture pour dénoncer les attaques dont ils font l'objet.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers police société sécurité justice