Nucléaire : la centrale du Tricastin va-t-elle être impactée par la grève d'un fournisseur JST Transformateurs à Lyon ?

Depuis le 2 avril, les salariés de JST Transformateurs sont en grève pour des questions salariales. Au moins 3 convois exceptionnels seraient bloqués, à destination de la centrale nucléaire du Tricastin, pour remplacer des transformateurs électriques.
La grève continue chez JST Transformateurs pour des questions salariales.
La grève continue chez JST Transformateurs pour des questions salariales. © France 3 Rhône-Alpes
Deux convois exceptionnels sont à l'arrêt, bloqués par un mouvement de grève des salariés de JST Transformateurs à Lyon qui ont cessé le travail depuis le mardi 2 avril.

Ce mouvement a été déclenché après "un différent avec la direction concernant des augmentations salariales" selon les syndicats qui précisent également que "le personnel se plaint à la fois des conditions de travail, mais aussi de menaces de délocalisation de la production."

A Lyon JST Transformateurs est spécialisée dans la conception et la maintenance des transformateurs électriques de grande puissance, et travaille notamment avec EDF pour l'entretien de centrales nucléaires, et avec la SNCF et Alstom pour du matériel embarqué dans les TGV.

Pour Thierry Perez, délégué CGT : "on est face à une direction obtue qui ne veut rien savoir. Hier on nous a proposé de payer les heures de grèves pour que l'on reprenne le travail. C'est hors de question. On est plus déterminés que jamais. La grève illimitée a été votée, jusqu'à obtention des revendications. On est plus déterminés que le directeur, on ne lâchera rien, même si ça doit devenir préjudiciable pour l'entreprise."

Depuis plus d'une semaine, deux camions en convois exceptionnels avec des transformateurs dédiés à la centrale du Tricastin sont bloqués. Ces matériels devaient être mis en place au cours du mois de mai. Il s'agit du point de départ de la ligne à haute tension, situé juste après la centrale et le réacteur.

Les ateliers restent donc à l'arrêt dans l'entreprise ce week-end. Entre 50 et 60 ouvriers filtrent l'entrée de l'entreprise. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie nucléaire environnement société