On vous explique pourquoi dans les 3 écoles de Francheville, les cantines ferment à tour de rôle jusqu'aux vacances de Toussaint

Publié le
Écrit par Dolores Mazzola .

Faute de personnel et d'animateurs, les services périscolaires et cantines des trois groupes scolaires de la commune de Francheville, près de Lyon, vont fermer à tour de rôle jusqu’aux vacances scolaires. Une question de "sécurité des enfants" selon l'adjointe à la petite enfance, un casse-tête pour les parents.

Problèmes de recrutement, absences liées au Covid ou "surchauffe professionnelle"...  en raison d’un manque de personnel, la ville de Francheville a décidé de fermer les cantines à tour de rôle de trois groupes scolaires de la commune à partir du 3 octobre et jusqu’aux vacances de la Toussaint, le 22 octobre prochain. "On a été obligé de prendre cette décision pour la sécurité des enfants", explique Claire Pouzin, l'adjointe déléguée à la petite enfance, l’enfance et la jeunesse.

Quel est le dispositif mis en place à Francheville ?

A partir de ce lundi 3 octobre 2022, dans cette commune de l'ouest lyonnais, les services périscolaires fermeront donc un jour par semaine et par école jusqu'aux vacances de la Toussaint. Les parents devront donc trouver une solution pour trois jours jusqu'aux congés, selon l'adjointe. Quant au personnel des écoles fermées, il sera redéployé sur les écoles ouvertes pour soulager les équipes en place sur les autres services. Une décision qui rime avec souplesse des emplois du temps. Les parents ayant des enfants scolarisés dans ces trois groupes scolaires de Francheville ont appris la semaine dernière la décision de la municipalité. Il a fallu s'organiser, un peu en urgence.

"Casse-tête" pour les parents 

A la sortie de l'école maternelle du Châter, ce lundi midi, les avis sont partagés. "Pour moi, ça va être compliqué la semaine prochaine. Je reprends le travail. Quand on travaille, qu'on est une maman seule, ce n'est vraiment pas facile. Surtout quand on est seule et sans famille", expliquait une maman à la sortie de l'école ce lundi midi, premier jour de la mise en place de la mesure.

D'autres font contre mauvaise fortune, bon cœur, comme cette grand-mère venue chercher son petit-fils pour le déjeuner. "Il faut savoir s'habituer, et le rôle d'une mamie, c'est de pouvoir dépanner ses enfants. Je n'y vois aucun inconvénient".  

"Pour moi, ça ne se passe pas trop bien. Je ne sais pas comment je vais faire avec mes enfants avec ces problèmes de cantine", explique une troisième personne, partagée entre embarras et compréhension du manque de personnel. "Il faudrait revoir les salaires de ces personnels aussi", explique-t-elle. 

Pénurie de personnels périscolaires

Depuis la rentrée scolaire, malgré les efforts déployés par la municipalité pour recruter des animateurs encadrant les différents temps périscolaires, il reste des postes vacants. "On rencontre des difficultés comme dans beaucoup d'autres communes", explique Claire Pouzin, adjointe déléguée à la petite enfance, l’enfance et la jeunesse. Elle pointe "un manque de vocation dans les métiers de l'animation".

Les volontaires sont de plus en plus rares. La crise Covid a permis aux gens de se poser des questions sur le sens de leur travail, sur ce qu'ils avaient envie de faire de leur vie. Le secteur de l'animation en fait aussi les frais.

Claire Pouzin

Adjointe déléguée à la petite enfance, enfance et jeunesse

"Depuis septembre, c'est très tendu dans nos services", explique l'adjointe également mère de 4 enfants. Des animateurs encadrant les temps périscolaires sont recherchés par la ville. La municipalité a lancé les recherches : " On va mettre toutes les chances de notre côté pour pouvoir reprendre les services périscolaires à la normale après les vacances. Il nous faudrait une petite dizaine de personnes en plus". La mairie n'envisage pas d'incitations financières supplémentaires.

On recherche des personnes qui ont un BAFA et je les invite à postuler auprès de la mairie de Francheville.

Claire Pouzin

adjointe mairie de Francheville

Des animateurs encadrant les temps périscolaires sont recherchés par la ville. La municipalité a lancé les recherches : " On va mettre toutes les chances de notre côté pour pouvoir reprendre les services périscolaires à la normale après les vacances. Il nous faudrait une petite dizaine de personnes en plus ", assure Claire Pouzin.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité