PÂQUES. Le boxeur, l'escrimeur, le sprinter, la nageuse et le skateur, 5 créations chocolatées pour rendre hommage aux athlètes paralympiques à Lyon

En cette année olympique, un chocolatier lyonnais a créé des œufs de Pâques en hommage aux athlètes paralympiques. Un boxeur, un escrimeur, un sprinter, une nageuse et un skateur ont remplacé les traditionnels poule, cloche ou lapin. Une partie des ventes sera reversée à la ligue handisport.

À quelques mois des Jeux paralympiques, place aux œufs paralympiques. Il y a Rocky, le boxeur au velours 100 % cacao, D'Artagnan, l'escrimeur et son épée au chocolat, Duce Bunny, le sprinter et sa lame de course, Gloria la nageuse et Tony le skateur. Cinq créations chocolatées en hommage aux athlètes dont une partie des ventes seront reversées à la Ligue Auvergne Rhône-Alpes handisport.

"J'aime beaucoup le sport. Quand on a des accidents de la vie ou quand on a un handicap, de devoir se relever et après d'exceller dans un sport avec des performances qui ne sont pas loin de celles des valides, c'est exceptionnel. Pour moi, c'était évident de leur rendre hommage" déclare le chocolatier lyonnais Sébastien Bouillet.

5 h de travail par figurine

Il a créé cinq figurines comme les cinq anneaux des Jeux. En tout, ce sont 1 500 pièces qui seront produites en un temps record. Depuis janvier, une dizaine de chocolatiers, confiseurs sont dans les starting-block. Pour chaque figurine, il faut 4 à 5h00 de travail. 

"Cette machine est ce qu'on appelle une tempéreuse. Elle permet de cristalliser le chocolat pour qu'à la fin, il soit dur, cassant et brillant. On crée une fine couche de chocolat qui va cristalliser en quelques minutes (dans le moule). Et ensuite mon collègue ajoute une 2ᵉ couches de chocolat qui sera plus tard garnie d'un praliné" détaille Lionel Clément, chef chocolatier.

Des garnitures faites maison, le tout dans un chocolat 100 % français, pour ces éditions limitées qui risquent de s'écouler en un temps record. Dans la boutique attenante, les clients sont déjà conquis.

"C'est magnifique et ça a l'air très bon aussi" se réjouit une clientèle. Son voisin ajoute, "C'est plus que du chocolat, c'est une mini-œuvre d'art". Une gourmandise qui vous coûtera quand même 39 euros, mais c'est pour la bonne cause.