POLEMIQUE. Déprogrammation de films LGBTQ+ du festival Ecrans mixtes à Saint-Genis-Laval

Alors que le projet était dans les cartons depuis deux mois, le partenariat entre le cinéma municipal de Saint-Genis-Laval et le festival Ecrans Mixtes est annulé par la mairie. Les organisateurs se posent la question d'une censure de leur thème LGBTQ+. La mairie répond que le partenariat n'a pas été validé en Conseil municipal.

Le programme était bouclé. Prêt à partir chez l’imprimeur. Et puis la mauvaise nouvelle est tombée. Trois projections d’Ecrans Mixtes, dont une en partenariat avec SOS Homophobie, prévues début mars à Saint-Genis-Laval au cinéma municipal La Mouche, viennent d’être annulées par la mairie.

Une surprise alors que le festival de cinéma Queer travaillait main dans la main depuis deux mois avec l’équipe du cinéma municipal. "Il y avait processus très enthousiaste et que la chose se cale et tout d’un coup on nous dit "non, ce n’est pas possible", pour je ne sais quelle raison," s'émeut Olivier Leculier, le président du festival Ecrans Mixtes. "C’est la première fois que cela arrive".

La thématique LGBTQ+ censurée ? 

Le festival Ecrans Mixtes a pourtant pignon sur rue. Créé il y a 13 ans, il propose chaque année une centaine de projections dans différents cinémas de la Métropole de Lyon. 70 000 personnes ont assisté à des projections l'année dernière. 

Le cinéma la Mouche ayant déjà collaboré avec d'autres événements comme le festival Lumière, les organisateurs se posent des questions après cette annulation de dernière minute. 

"Devant le refus de répondre et une espèce d'opacité [...] on se demande pourquoi le festival Lumière a des séances et pas nous. Ce qui nous différencie, c'est la thématique Queer, en dehors de ça, on ne voit pas bien pourquoi", avance Olivier Leculier

Les organisateurs vont jusqu'à affirmer dans leur communiquer que "il semblerait que des représentations LGBTQIA+ ne soient pas les bienvenues à Saint-Genis-Laval."

Ivan Métifiot, le directeur artistique du festival Ecrans Mixtes, exprime sa déception quant à cette décision : "la volonté d’Écrans Mixtes est d’aller vers tous les publics. C’est notre ADN. C’est se rendre dans les territoires pour aller parler aux gens, pour lutter contre les discriminations. Mais aussi parler culture, montrer des auteurs, défendre des films. C’est de la culture qu’on censure. Il n’y a pas d’autres mots", affirme-t-il. 

La mairie invoque un projet non validé par les élus 

Pourquoi la mairie de St-Genis Laval a-t-elle retoqué ce festival LGBTQI+ très prisé des artistes et soutenu par de nombreuses institutions depuis 13 ans ? 

Selon Marylène Millet, la maire UDI de la commune, le partenariat initié avec Écrans Mixtes par son cinéma municipal, n’a pas été validé par le Conseil Municipal. "Ni l'élu à la culture, ni moi-même n'avions connaissance de ce projet. Il s'agit d'un problème de communication", affirme-t-elle. Elle explique que toute nouvelle participation à des projets doit être validée par un vote. 

À l'accusation de censure en raison du thème LGBTQI+ du festival, Marylène Millet répond : "Ce n’est absolument pas lié à la thématique du festival.

"Ils rebondissent sur le terme de "censure" parce que c’est un festival qui est porté par une association LGBT. J’imagine que si le festival avait pour thème les animaux de la ferme, on ne ferait pas aujourd’hui ce procès d’intention. Cela me rend assez triste"

Marylène Millet, maire UDI de Saint-Genis-Laval

La ville de St-Genis Laval précise qu’elle proposera début mars une semaine des égalités. Coïncidence? Le festival Écrans Mixtes se tiendra aux mêmes dates. 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité