Street Art : ils ont besoin de vous pour restaurer la fresque d'hommage aux soignants de Lyon

Elle avait été réalisée à l'automne 2020 par une société spécialisée dans le street art. La fresque d'hommage aux soignants des hôpitaux de Lyon Est a été dégradée lors du week-end de Pâques. Depuis, l'incompréhension demeure, et une cagnotte a été mise en ligne pour aider à sa restauration.

La fresque d'hommage aux soignants a été réalisée sur un mur d'un local technique du groupement est des Hospices Civils de Lyon. Bien visible depuis le périphérique, elle donne du baume au coeur des professionnels de santé qui luttent contre l'épidémie de Covid-19.
La fresque d'hommage aux soignants a été réalisée sur un mur d'un local technique du groupement est des Hospices Civils de Lyon. Bien visible depuis le périphérique, elle donne du baume au coeur des professionnels de santé qui luttent contre l'épidémie de Covid-19. © J.B.

Depuis sa réalisation en septembre 2020, les soignants se l'étaient appropriée, raconte le directeur du Groupement Hospitalier Est de Lyon. Mais voilà que le dimanche de Pâques, des tags ont été découverts sur toute la longueur de l'immense fresque qui leur rend hommage. Stupeur, incompréhension... Les Hospices Civils ont porté plainte, tandis que les street-artistes qui l'ont réalisée ont lancé une cagnotte pour pouvoir la restaurer.

"C'est très malvenu alors qu'on est au coeur de la 3ème vague Covid"

Les dégradations ont été découvertes début avril 2021, le dimanche de Pâques, sept mois après la réalisation de l'immense fresque. D'immenses lettres formant comme une signature d'un ou plusieurs tagueurs, ont recouvert toute la partie basse de l'oeuvre rendant hommage aux personnels soignants dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19. La fresque qui fait sept mètres de haut et vingt-trois de long a été dégradée sur près de 60m: un travail de douze jours quasiment ruiné.

Aperçu des tags sur la fresque d'hommage aux soignants de Lyon

"Les soignants se l'étaient appropriée, surtout que plusieurs symboles de la fresque ont été choisis en concertation avec le personnel hospitalier", précise Bertrand Cazelles. "Un coeur pour symboliser l'hôpital cardio Louis Pradel, un cerveau pour l'hôpital neuro Pierre Wertheimer, une femme enceinte et un enfant pour l'hôpital Femme Mère Enfant", poursuit le directeur du Groupement Hospitalier Est, "et surtout le mot merci que le personnel peut voir depuis le périphérique de Lyon en venant travailler".

Bertrand Cazelles ne croit pas que ces tags et graffitis marquent une volonté délibérée de viser les soignants. "Les graffeurs voulaient sans doute apposer leur marque sur ce spot", bien visible de tous les automobilistes circulant sur le boulevard Laurent Bonnevay, comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessous, tournée en septembre 2020. Mais pour le personnel hospitalier, c'est l'incompréhension, et "c'est surtout très malvenu alors qu'ils sont au coeur de la troisième vague" et continuent de se battre contre l'épidémie de Covid.

Réalisation et vue depuis le périphérique de Lyon de la fresque hommage aux soignants

Une plainte déposée, une cagnotte mise en ligne

Si les Hospices Civils de Lyon ont à l'époque répondu favorablement à la proposition de valoriser cet espace régulièrement couvert de graffitis par le passé, il faut savoir que la fresque a été réalisée gracieusement, aux frais d'un collectif de street-art.
"Ils nous ont proposé de revenir pour la refaire", nous déclare le directeur du Groupement Hospitalier Est, qui ne peut toutefois s'avancer sur la possibilité d'une aide financière des HCL.

Le collectif a donc mis en ligne une cagnotte Leetchi. Objectif : récolter 4.000 euros afin d'acheter le matériel nécessaire à la restauration de la fresque. Une vingtaine de dons ont été enregistrés au 18 avril, pour un montant de 540 euros. "Il n'y a pas de petits dons", commentent les organisateurs de cette chaîne de solidarité à chaque somme qui tombe dans la cagnotte (si vous souhaitez participer, cliquez ici).

Les Hospices Civils de Lyon se sont faits le relais de cet appel à l'aide. Plainte a également été déposée à la suite des dégradations commises le week-end de Pâques. Un grillage a en effet été cisaillé pour accéder à ce pan de mur de la chaufferie de l'hôpital Louis Pradel, donnant sur le périphérique de Lyon.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société santé covid-19