Taylor Swift : après deux concerts géants, Lyon pourrait encore profiter du phénomène

Alors que plus de 100 000 personnes ont assisté aux concerts de l'artiste américaine, son influence mondiale sur les réseaux sociaux pourrait bénéficier à l'activité touristique lyonnaise à plus long terme.

La ferveur retombera-t-elle ? Au lendemain de la représentation de Taylor Swift au Groupama Stadium de Lyon, des fans se sont retrouvés dans un château du Beaujolais pour prolonger les festivités.

Si le passage de la star américaine à Lyon a suscité des retombées touristiques majeures évidentes, il pourrait également susciter des effets positifs à plus long terme.

Le bon filon

"It's amazing !" Dans ce château du Beaujolais, près de 200 swifties se sont retrouvés mardi 6 juin, dans le cadre d'un "Taylor Swift Eras Tour in Lyon" organisé par Caroline, une influenceuse américaine. Au programme : transport en car, bar à vins et à bracelets, spectacles de danse sur fond de Taylor Swift, ou séances photos dans un cadre typiquement français. Ici, presque tous les fans présents sont américains.

Caroline, l'organisatrice, avait flairé le bon filon : "les swifties sont une communauté très fidèle, ouverte, et composée de beaucoup d'américains. Comme je suis d'origine américaine, je savais que je ne pouvais pas rater ça", explique-t-elle. Elle a aussi créé une page facebook pour que les fans venant à Lyon puissent échanger. En quelques jours, cette simple page a réuni près de 12 000 membres. Son initiative est privée, mais comme Caroline, les acteurs du tourisme à Lyon ont profité à plein de la déferlante Taylor Swift.

Des milliers d'étrangers à Lyon

Il faut dire que la star américaine est l'artiste de tous les records. À 34 ans, elle est la première chanteuse milliardaire, mais aussi la plus écoutée sur les plateformes de streaming, ou encore la plus récompensée de l’histoire (devant Michael Jackson).

A Lyon, ses deux concerts ont attiré plus de 100 000 personnes, majoritairement étrangères. Une clientèle familiale aisée, qui a profité du déplacement pour s'offrir un séjour à Lyon. Tout le week-end, des fans venus d'Espagne, de Colombie, du Canada et surtout des Etats-unis, ont parcouru les rues de Lyon. Résultat, les visites guidées thématiques ("wine tours") ont fait le plein, les hôtels ont affiché complet, et leurs prix ont doublé. Un surplus d'activité bienvenu pour l'activité touristique dans une période traditionnellement calme dans la région. Mais l'impact économique pourrait aussi être important à plus long terme pour la ville. 

Un demi-milliard d'abonnés

Autre record, Taylor Swift est aussi l'artiste la plus suivie au monde sur les réseaux sociaux, avec 534 millions d'abonnées. Son passage lyonnais met donc la ville en lumière auprès de l'équivalent de toute la population des Etats-Unis et du Brésil réunis, et son public offre une caisse de résonance supplémentaire pour diffuser l'image de Lyon dans le monde : "sur instagram vous avez des photos de Lyon partout de la part des swifties", se réjouit Mathilde Carpentier, directrice du service promotion de l'office du tourisme.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Dj Ryan (@djrpgh)

Une image relativement ternie par des averses, et par des problèmes logistiques au stade, l'organisation des flux du public ayant été débordée le premier soir. Mais jusqu'ici, c'est une image positive qui semblait l'emporter sur les réseaux sociaux, les spectateurs étant conquis par le spectacle.

Reste à voir si l'artiste elle-même publiera un mot sur Lyon sur les réseaux sociaux. Jusqu'ici, les posts qu'elle a publiés évoquant les villes qu'elle a traversées ont recueilli en moyenne 6 millions de réactions...   

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité