Tuna Altinel, maître de conférence à Lyon retenu en Turquie récupère son passeport

Tuna Altinel, enseignant à l'université Claude Bernard de Lyon, pourrait bientôt rentrer en France après avoir été retenu deux ans en Turquie. 

Depuis deux ans, son passeport était entre les mains des autorités turques
Depuis deux ans, son passeport était entre les mains des autorités turques © T.Altinel France 3 Aura

C'est un premier pas vers la liberté. Tuna Altinel, mathématicien turc et enseignant à l'université Claude Bernard de Lyon, retenu depuis deux ans en Turquie, a pu récupérer son passeport. 

" C'est une grande satisfaction" commente-t-il avant d'ajouter qu'il se sent "soulagé" de détenir le précieux document entre ses mains. "Je savais que le tribunal administrratif m'avait donné raison, mais rien n'est jamais acquis" 

Arrêté et emprisonné en Turquie pour "terrorisme", puis acquitté, Tuna Altinel était empêché de rentrer en France à cause du refus des autorités turques de lui rendre son passeport. 

"J'ai vérifié qu'il était valide mais il reste une difficulté", explique l'universitaire. "La préfecture a fait appel de la décision du tribunal. Si elle l'annnule il faudra tout recommencer" 

Mais en théorie, tant qu'une décision n'a pas été invalidée par une autre juridiction elle peut être appliquée. Autrement dit, Tuna Altinel peut utiliser son passeport pour rentrer en France.

Il me reste ma deuxième dose de vaccin à faire la semaine prochaine, et ensuite je voudrais rentrer au plus vite, pour reprendre une vie normale à Lyon. 

Tuna Altinel, mathématicien à l'université Claude Bernard de Lyon

"Selon la loi, je peux quitter la Turquie, mais on pourrait m'en empêcher c'est déjà arrivé de nombreuses fois avec d'autres personnes." 

Parti en vacances, et bloqué deux ans 

Pour ce maître de conférences à l'Université Claude-Bernard à Lyon, où il vivait depuis 25 ans, le cauchemar avait commencé en mai 2019. Alors qu'il se trouvait en Turquie en vacances, il a appris qu'il ne pouvait pas quitter le territoire car il était accusé d'"appartenir à une organisation terroriste". Incarcéré dans la foulée, il est jugé pour "propagande terroriste" pour avoir participé en France à la réunion d'une amicale kurde, lors de laquelle il a servi d'interprète. Libéré en juillet 2019, il est acquitté en janvier 2020. Alors qu'il pensait pouvoir rentrer à Lyon et "reprendre sa vie" après cet acquittement, Tuna Altinel s'est vu refuser la restitution de son passeport à plusieurs reprises. Son université avait voté début avril une motion demandant au président français Emmanuel Macron "de tout mettre en oeuvre" pour qu'il puisse revenir en France dans les plus brefs délais". 

Une victoire pour la démocratie 

La situation de Tuna Altinel a mobilisé au delà des frontières de la Turquie, de nombreuses organisations internationales et un comité de soutien français, basé à Lyon.  "Passer devant ton bureau fermé n'a pas provoqué le même effet ce matin" ont commenté ses collègues de travail sur Twitter ajoutant le message : "Impatient•e•s de te retrouver bientôt"

A la veille d'un possible retour en France, le mathématicien salue "cette solidarité internationale qui a abouti à ce stade. C'est une victoire pour moi et je suis très reconnaissant mais au delà, c'est aussi une victoire pour la démocratie."  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
international université éducation société