Cet article date de plus de 3 ans

Combat autour des municipales à Vénissieux

L'ancien député-maire (PCF) de Vénissieux, André Gerin, a riposté à l'évocation du député LREM Yves Blein, ancien maire de Feyzin, de se lancer dans la course des municipales dans la troisième ville du département.   
Michèle Picard et André Gerin (à droite) lors de la victoire de 2015. La maire de Vénissieux retrouve son fauteuil après une nouvelle élection faisant suite à l'annulation de celle de 2014.
Michèle Picard et André Gerin (à droite) lors de la victoire de 2015. La maire de Vénissieux retrouve son fauteuil après une nouvelle élection faisant suite à l'annulation de celle de 2014. © France 3 Rhône-Alpes
C'est une petite guerre qui en rappelle d'autres et donne un avant-goût de l'ambiance des prochaines municipales à Vénissieux. Après la parution d'un article du Progrès lundi dans lequel le député Yves C'est une petite guerre qui en rappelle d'autres. Après la parution d'un article du Progrès lundi dans lequel le député Yves Blein ne dément pas s'intéresser de prêt à l'un des derniers bastions du PCF dans la région, le retraité André Gerin sort les crocs. Dans un communiqué, il qualifie l’ancien maire de Feyzin de « poisson pilote de Collomb », qu’il  soupçonne de vouloir briguer la mairie vénissianne.  Pour Gerin, « Michèle Picard, maire de Vénissieux, est dans le collimateur de la Métropole de Lyon. » Selon lui, l’exécutif métropolitain veut tout faire pour « tenter de faire table rase d’une opposition véritablement à gauche. » Et de soutenir avec fermeté la maire, « capable de rassembler à gauche et qui a acquis une notoriété politique et publique au-delà de l’agglomération lyonnaise. »

André Gerin fustige "le grand écart" envisagé par Yves Blein

Après les basculements lors des dernières élections municipales de Vaulx-en-Velin, Pierre-Bénite et Grigny, ne restent plus en effet que deux villes gérées par le PCF : Vénissieux et Givors, dont le maire est dans le collimateur de la justice pour avoir employé une proche parente dans des conditions qui seraient préférentielles.
Il y a donc urgence à sauver ce qui existe encore face à l’appétit de l’ex-PS qui ne s’est jamais caché de vouloir mettre Vénissieux dans son escarcelle. Yves Blein avait déclaré au Progrès « s’employer à favoriser la construction d’une alternative solide et sérieuse. » Et pour cela « à trouver les bonnes alliances et rassembler sur la base de valeurs communes. Il existe un vaste espace politique entre Michèle Picard (PCF) et Christophe Girard (LR). » Des propos qui, pour André Gerin, ne trompent pas : « Avec un décodeur, il faut comprendre qu’il a bien l’intention d’associer la droite, même si  Christophe Girard s’en défend. »
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections municipales 2020