Procès de l'affaire Axelle Dorier : le conducteur condamné à 12 ans de réclusion criminelle dans un climat très tendu

Youcef Tebbal a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle. A l'annonce du verdict, la situation a dégénéré dans la salle d'audience. Y.Tebbal avait foncé sur Axelle Dorier, tuée à 22 ans, percutée et trainée par une voiture à Lyon sur plus de 800 mètres.

Youcef Tebbal a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle. Il comparaissait depuis le 17 janvier devant la cour d'assises du Rhône et a été reconnu coupable de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner et délit de fuite. Son cousin Mohamed-Amine Yelloule, passager du véhicule, est, lui, condamné à 5 ans de prison dont deux fermes pour non-assistance à personne en danger.

Contre ce dernier âgé de 22 ans, l'avocat général Romain Ducrocq avait requis cinq ans de prison dont un an ferme, sans demander son incarcération. M. Ducrocq avait requis 16 ans de réclusion criminelle contre le conducteur de la voiture. 

Un climat explosif dans la salle 

A l'annonce du verdict, les réactions dans la salle d'audience ont dégénéré. Une proche d'un des accusés s'est mise à crier, refusant de sortir, et portée par les forces de l'ordre.

Théo, un des frères d'Axelle Dorier, s'est alors recroquevillé mains sur les oreilles, avant d'exploser de colère. Au moment de quitter la salle, il s'est retourné en faisant un geste que plusieurs témoins ont interprété comme un salut nazi. Mais ce dernier, entendu par la police au lendemain des faits, conteste cette version et dément tout rapport avec l'extrême droite. 

Pierre et Sophie Dorier racontent : "Théo a simplement fait un geste d'énervement en direction du fond de la salle", une manifestation de son exaspération selon la famille Dorier. 

Le jeune homme s'est ensuite retrouvé dans une pièce où il a cassé une vitre. Plusieurs bousculades ont rajouté de la confusion dans ce climat très tendu. 

Depuis la mort d'Axelle Dorier plusieurs groupes identitaires ont tenté de récupérer cette affaire et certains militants étaient présents avec une banderole à l'extérieur du palais de justice de Lyon. 

Rappel des faits 

Le drame s'est déroulé dans la nuit du 18 au 19 juillet 2020 dans le quartier de Fourvière à Lyon où Axelle Dorier était venue fêter ses 23 ans avec ses frères jumeaux et des amis.
La chienne d'un invité du groupe d'Axelle avait été renversée par la voiture d'une jeune femme venue avec des amies retrouver Youcef Tebbal et Mohamed-Amine Yelloule.
Le véhicule avait été ensuite encerclée par les membres du groupe d'Axelle. S'en suivent insultes et coups sur le véhicule puis des violences sur la jeune femme.
Axelle avait appelé la police au sujet de la chienne renversée et s'était ensuite placée devant la Golf conduite par Youcef Tebbal pour empêcher le jeune homme et son cousin de partir.

Les excuses de Youcef Tebbal 


Elle avait été jetée au sol une première fois après avoir été percutée par la Golf avant que son corps ne se retrouve coincé sous la voiture et traîné sur plus de 800 mètres.
Mardi, Youcef Tebbal s'est "excusé pour tout ce qui s'est passé". "Axelle Dorier, je ne l'ai pas vue. C'est un accident", a-t-il affirmé, niant ainsi l'avoir percutée volontairement.
Jeudi, il a néanmoins jeté le trouble en déclarant: "Le responsable de la mort d'Axelle Dorier, c'est Clément Saussac, qui a sauté sur la Golf, qui m'a fait déclencher de partir!"
Il a expliqué qu'il a paniqué alors que "ça tapait à droite et à gauche" et qu'une quinzaine de personnes l'encerclaient.
"Axelle Dorier, je le vis comme si c'était ma soeur. Je ressens ce que ressent la famille et je suis prêt à payer", a-t-il encore déclaré.

David Métaxas, l'avocat de la défense, a indiqué que son client ne ferait pas appel de sa condamnation à 12 ans de réclusion criminelle. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité