METEO. Un moulin d'exception, emblème du Beaujolais, endommagé par la foudre et les orages

Dans le Beaujolais, le moulin à vent de Romanèche-Thorins, a été endommagé par l'orage samedi 3 septembre 2022. La foudre a fait un trou dans la toiture. Ce moulin est un bâtiment emblématique de cette terre de vignes. Sa silhouette est un élément incontournable du paysage Beaujolais.

Il est situé dans le département de la Saône-et-Loire, à la frontière du Rhône, mais c'est l'un des emblèmes du Beaujolais. En pleine semaine de vendanges, la foudre s'est abattue tôt, samedi matin, sur le moulin de Romanèche-Thorins.

Le moulin qui se dresse au milieu des vignes a donné son nom à la zone d'appellation "Moulin à Vent" - un des 10 crus du Beaujolais. Ce coup de foudre a fait de gros dégâts à la toiture du bâtiment classé monument historique. 

La lumière s'est éteinte et on a juste vu le moulin qui s'est éclairé. On s'était douté que c'était tombé sur le moulin mais on ne pensait pas que ça l'avait touché à ce point

Pauline Chastel-Sauzet, viticultrice du Domaine Château Portier

Des dégâts d'ampleur

"On était au petit-déjeuner avec tous les vendangeurs. D'un seul coup, il y a eu un gros coup de foudre. La lumière s'est éteinte et on a juste vu le moulin qui s'est éclairé. On s'était douté que c'était tombé sur le moulin mais on ne pensait pas que ça l'avait touché à ce point. C'est quand on est allé voir à 7h et demi qu'on a vu tous les dégâts," rapporte Pauline Chastel-Sauzet, viticultrice du Domaine Château Portier. 

Les propriétaires ont posté sur la page Facebook du domaine des photos du désastre.

Le toit fait 6 tonnes. Avec le blast, il s'est soulevé. Ça a projeté des tavaillons de bois à près de 100 mètres,"

Denis Chastel-Sauzet, le propriétaire

Denis Chastel-Sauzet, dont la famille est propriétaire depuis 150 ans, n'a pu que constater l'ampleur des dégâts. Le coup de foudre a eu l'effet d'une explosion sur le moulin, trouant le toit et fragilisant la guivre, la grande poutre qui permet d'orienter les ailes du moulin face au vent. Ce Moulin à Vent est le seul du Beaujolais et du Mâconnais à avoir conservé sa guivre. "Le toit fait 6 tonnes. Avec le blast, il s'est soulevé. Ça a projeté des tavaillons de bois à près de 100 mètres" , explique le propriétaire.

A l'intérieur du moulin, les dégâts sont importants et l'effet de souffle est encore plus visible : des bris de bois et de maçonnerie jonchent le sol, des éclats de verre ont été projetés partout. Les travaux de remise en état risquent de prendre du temps. Ils s'annoncent complexes aussi car le moulin à vent est classé monument historique. Son mécanisme intérieur en bois est encore en place, en particulier le rouet, le frein, la prison. Le moulin à vent, toujours en état de marche, avait été restauré en 1999.

N'envoyez aucun don. Je viens d'avoir mon assurance, ils prennent tout en charge

Denis Chastel-Sauzet, le propriétaire

Des messages de soutien

Point positif : les messages de soutien affluent, et parfois de très loin. Comme ce journal japonais qui avait réalisé un reportage dans le vignoble et qui écrit au propriétaire : "navré de voir ces photos et ces dégâts".

"Ce Moulin, c'est l'image du Beaujolais. On a eu beaucoup de soutien. Certains ont même voulu lancer des cagnottes en ligne. Mais non ! N'envoyez aucun don. Je viens d'avoir mon assurance, ils prennent tout en charge," rassure Denis Chastel-Sauzet... 

La prochaine étape, c'est le passage des experts qui est attendu. Mais une chose est déjà assurée, les Journées du Patrimoine se feront sans le moulin.