Roanne : un jihadiste cherchait ouvertement des amis sur Facebook

Publié le Mis à jour le
Écrit par Philippe Bette
© Prisme

Un Roannais parti faire le jihad en Irak recherchait ouvertement des soutiens sur Facebook et.44 "amis" l'avaient déjà rejoint.Une association constituée pour prévenir la radicalisation est partie à la rencontre de ses "amis ". La page a depuis été supprimée.     

L'information émane du Progrès : une certaine "Nicole Ambrosia" prospérait il y a encore peu de temps sur Facebook où elle faisait l'apologie du jihad. Il s'agissait d'un nom d'emprunt puisque la démarche émanait en fait d'un homme qui s'appellerait Kassim Rachid. Ce Roannais avait crée sa page fin 2015. Il serait depuis parti combattre en Irak aux côtés de Daech en laissant son contenu se répandre sur un large public. Sur sa page ,il  professait  sa foi en "Allah" et militait pour le ralliement au jihad. Sa cause semblait partagée puisque quarante personnes figuraient déjà parmi "ses amis" .

La teneur pour le moins troublante de cette page Facebook a fait l'objet il y a peu d'un signalement au commissariat de Roanne.C'est une association roannaise qui a relevé le prosélytisme de "Kassim Rachid" , l'association "Comprendre l'islam et prévenir la radicalisation" de Jalal Fellah.

L'association est partie à la rencontre de ceux qui avaient déjà souscrit aux messages de cette page Facebook, plutôt des jeunes. Parmi eux, des lycéens à qui il fallait expliquer la vraie portée des messages ainsi colportés et les implications de cette adhésion.A la préfecture de la Loire , la cellule de suivi de la radicalisation a été alertée. Depuis, cette page Facebook a disparu du site. Mais elle prouve une fois de plus que les réseaux sociaux sont bien d'importants vecteurs de radicalisation auprès des jeunes.  
   

              

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.