Agression raciste ou chute : qu'est-il arrivé à la collégienne blessée à Chambéry ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par O.B. avec AFP
Plusieurs versions s'opposent concernant les blessures au visage d'une jeune collégienne de Chambéry. / Photo d'illustration.
Plusieurs versions s'opposent concernant les blessures au visage d'une jeune collégienne de Chambéry. / Photo d'illustration. © VANESSA MEYER / MAXPPP

Agression raciste ou simple chute ? En Savoie, deux versions s’opposent concernant les blessures au visage de la collégienne Anna-Chloé. Cette affaire dépasse largement les murs du collège privé catholique du Rocher, à Chambéry.

C’est une affaire devenue médiatique et largement relayée sur les réseaux sociaux depuis le témoignage de la maman d’Anna-Chloé, affirmant que sa fille a été victime d’une agression raciste au sein même de son établissement scolaire.

Depuis la rentrée, elle subit des violences verbales, racistes et même physiques.

Mère de la collégienne blessée

Le 16 décembre, un message publié sur Facebook et partagé près de 17 000 fois montre le visage tuméfié de sa fille, Anna-Chloé, élève en sixième au collège privé catholique du Rocher à Chambéry.

Pour la maman d’Anna-Chloé, des "violences verbales racistes et physiques" seraient à l’origine des blessures de sa fille. Elle a d’ailleurs porté plainte et dénonce une agression raciste.

Une version contestée par le procureur de Chambéry

Pierre-Yves Michau, le procureur de la République de Chambéry, réfute "fermement" la version de la maman d’Anna-Chloé. Selon "plusieurs témoignages", l’adolescente était, au moment des faits, "seule" à l’endroit où elle se trouvait dans la cour. D'après l'enquête, l'élève était en retard alors que la cloche avait sonné la fin de la récréation ; elle a chuté sur un banc puis au sol. Elle a "immédiatement" été prise en charge par les secours, ajoute le magistrat auprès de l'AFP.

Selon l'avocat du directeur du collège, il y avait "200 personnes dans la cour" au moment de la chute, personne n'a évoqué une éventuelle bagarre.

"J’ai confiance en la justice française et aux valeurs de la France"

Contactée ce lundi matin par France 3 Alpes, la maman d’Anna-Chloé dit avoir "confiance en la justice française et aux valeurs de la France". Parallèlement, elle a lancé une cagnotte sur internet, espérant recueillir 30 000 euros pour "payer les honoraires et dépenses non pris en charge". Pour l’instant, plus de 12 000 euros ont été récoltés. 

On ne peut pas cacher la vérité.

Mère de la collégienne agressée

Elle et son mari ont engagé deux avocats parisiens.

Cette affaire a largement dépassé les sphères du collège privé où étudie la collégienne. Diffusé à de nombreuses reprises sur les réseaux sociaux, le message de la maman d’Anna-Chloé est soutenu par certaines personnalités. Parmi elles, Cyril Hanouna qualifie l'histoire, sur Twitter, de "juste inadmissible".

Depuis cette médiatisation, l'adresse personnelle du directeur du collège a été diffusée et il a été placé sous protection policière du fait de menaces de mort "en nombre", selon son avocat, Me Pierre Perez.

Du côté de l'Éducation nationale, le directeur de cabinet de la rectrice d'académie, Samuel Vitel, se dit "inquiet, autant pour la jeune fille que pour l'équipe éducative" : "l'emballement n'est au bénéfice de personne, nous voulons faire retomber la pression pour tout le monde."

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education Nationale s’est exprimé sur BFMTV le 19 décembre. Il dit avoir "demandé à la rectrice de Grenoble de faire une enquête". "Cet enfant a toute notre solidarité, tout notre appui ainsi que sa famille » a-t-il ajouté avant de faire part de sa volonté de déterminer les circonstances de ces blessures.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.