Chambéry : une canalisation arrachée suite à des travaux, 500 clients privés de gaz en centre-ville

Une partie du centre-ville de Chambéry était privée de gaz ce mardi 29 septembre en fin d'après-midi. Une canalisation a été arrachée lors de travaux. Les perturbations pourraient durer jusqu'à demain mercredi.
Photo d'illustration
Photo d'illustration © Sebastien JARRY - Maxppp
Une conduite de gaz a été arrachée lors de travaux dans le centre-ville de Chambéry ce mardi 29 septembre. Environ 500 clients sont impactés, certains ne retrouveront du gaz que demain mercredi.

L'incident s'est produit vers 13h45 au début du quai des Allobroges, à l'entrée de Chambéry. Selon les pompiers de Savoie, un engin de chantier qui intervenait sur la démolition d'un immeuble a sectionné une conduite de gaz de 4 bars de pression. Personne n'a été blessé mais l'incident a entraîné une importante fuite de gaz.
 
Les agents de GRDF sont rapidement intervenus et ont coupé l'arrivée du gaz dans ce secteur. Le quartier n'a pas été évacué mais un périmètre de sécurité a tout de même été mis en place.

Au total, environ 500 clients situés en centre-ville ont été impactés. Voici les rues concernées par l'arrêt d'alimentation en gaz :

- Avenue du Comte vert ;
- Chemin de la moutarde ;
- Une partie de l'avenue Jean Jaurès ;
- Boulevard Gambetta entre la Leysse et le Comte vert ;
- Avenue Alsace Lorraine ; 
- Avenue des Chevaliers tireurs ; 
- Quai des Allobroges ;
- Rue François Descotes ;
- Rue des diables bleus.

Pour savoir si la coupure vous concerne, GRDF a mis en place un site internet, infocoupure.grdf.fr. Il suffit pour cela de renseigner son adresse dans le moteur de recherche proposé.
Un numéro vert est également en place : 0 800 47 33 33.

Selon GRDF, certains clients ne retrouveront du gaz que ce soir, voire demain mercredi. Après les travaux de réparation, et avant la réouverture des vannes, GRDF doit en effet vérifier que les clients sont bien présents chez eux.

La circulation des bus a par ailleurs été perturbée dans le secteur. Plusieurs arrêts n'étaient plus desservis temporairement.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers