Chambéry : les modifications du projet du parking Ravet pourraient entraîner jusqu'à 10 millions d'euros de surcoût

Après trois semaines de concertation, la mairie de Chambéry a présenté lundi, dans un communiqué, les résultats des discussions autour du parking Ravet. Les modifications du projet, voulues par les habitants, entraîneraient un surcoût de 5 à 10 millions d'euros environ.

Action des membres du collectif Ravet et d'Extinction Rébellion devant le parking Ravet en construction, le 8 juin, à Chambéry.
Action des membres du collectif Ravet et d'Extinction Rébellion devant le parking Ravet en construction, le 8 juin, à Chambéry. © Stephan DUDZINSKI / MAXPPP
C'est un sujet qui cristallise les tensions depuis plusieurs mois maintenant. Lundi 19 octobre a marqué la fin d'un nouvel épisode. La mairie de Chambéry a présenté les résultats de la concertation avec les habitants, qui a duré trois semaines, autour du parking Ravet. 

L'ouvrage, qui aurait dû être livré en septembre, devait initialement avoir sept étages, capables d'accueillir 500 voitures, pour un coût total de 11 millions d'euros. Construit le long du quai Ravet, au niveau du pont des Amours, il devait mesurer 28 mètres de haut.
 
Mais depuis l'annonce de sa construction, sous le mandat municipal de l'ancien édile Les Républicains, Michel Dantin, les habitants du faubourg Nézin ainsi que des membres d'Extinction Rébellion et de Youth for Climate se sont publiquement opposés à sa construction. En juin, plusieurs militants ont passé deux nuits sur une grue du chantier afin de dénoncer l'impact paysager et environnemental d'un tel parking.


De nombreuses contributions à la concertation

Thierry Repentin, le nouveau maire de Chambéry, précédemment dans l'opposition, avait annoncé une renégociation du projet. Renégociation en cours donc, alors que la concertation a touché à sa fin. 550 contributions en ligne ont été enregistrées, et 270 participants se sont présentés lors des réunions publiques. 
 
Selon son communiqué, la municipalité a tiré trois principaux enseignements de ces discussions : la volonté de "maîtriser le coût du projet", l'intérêt porté à la "politique de stationnement et de mobilité dans son ensemble" et la volonté de mieux intégrer le parking dans son environnement, en végétalisant son toit par exemple. 


"Il ne s'agit pas d’une somme versée depuis le budget de la ville à Q-Park"

Point noir de ce nouveau projet : les surcoûts engendrés par sa modification. Deux hypothèses ont été avancées : une option à quatre étages, qui engendrerait entre 1,6 et 1,8 million d'euros de surcoût de construction et 3,7 millions d'euros de perte d'exploitation liée à la réduction du nombre de places, pour la société Q-Park ; et une option à cinq étages avec une toiture végétalisée qui conduirait à un surcoût de construction de l'ordre de 4,5 à 6 millions d'euros ainsi que 3,7 millions d'euros de perte d'exploitation.

Le parking Ravet, en raison de sa modification en cours de travaux, coûterait donc entre 5 et 10 millions d'euros de plus que l'enveloppe initialement prévue. Des estimations "avant négociation" avec le délégataire, précise la mairie, ajoutant que "le coût négocié de l’évolution du parking sera intégré à l’intérieur du contrat de concession grâce à différents leviers (allongement du contrat, modification des tarifs, etc.). En tout état de cause, il ne s'agit pas d’une somme versée depuis le budget de la ville à la société Q-Park".

Les négociations avec Q-Park sont actuellement en cours. Le choix des élus, qui s'appuiera sur les éléments mis en lumière lors de la concertation, sera annoncé lors d'un conseil municipal, le 16 novembre. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire environnement