Chambéry : le sort du parking Ravet est tranché, le projet initial à 6 étages est conservé

La mairie a choisi, en conseil municipal ce jeudi 26 novembre, de privilégier le projet initial à six étages pour le futur parking Ravet. Cette solution était la seule à n'entraîner aucun surcoût.
Le projet du parking Ravet à Chambéry.
Le projet du parking Ravet à Chambéry. © Hérault Arnod architectures
C'était le dossier brûlant par excellence, qui trônait sur le bureau du nouveau maire de Chambéry Thierry Repentin et de sa première adjointe Aurélie Le Meur. Premier dossier dont la nouvelle municipalité s'est saisie, le parking Ravet a enfin trouvé son destin ce jeudi 26 novembre. En conseil municipal, la ville a décidé de conserver le projet de base à six étages.

Un coup de tonnerre alors que la mairie avait à sa disposition deux projets alternatifs, qui réduisaient la hauteur du parking mais en augmentaient le coût. La ville a donc finalement choisi la solution la moins onéreuse pour la collectivité, une solution "amendée et nourrie de la concertation" selon la mairie.

Le scénario à quatre étages aurait entraîné un surcoût d'un peu plus de 5 millions d'euros, dû à un budget construction supplémentaire et à une perte d'exploitation liée à la baisse du nombre de places de stationnement de 480 à 337.

La solution à cinq étages aurait, elle, coûté 10 millions d'euros de plus. Elle consistait en l'ajout d'une toiture végétalisée au projet à quatre étages. Objectif : mieux inscrire le bâtiment dans son environnement.
 

Revirement politique

La confirmation du scénario initial vient couronner quatre semaines de consultation publique, menée du 21 septembre au 19 octobre, pour décider, avec les riverains, de la meilleure suite à donner au projet.

Ces mêmes riverains dénonçaient depuis des mois un surdimensionnement du parking, qui incarnait pour les écologistes l'époque dépassée du "tout voiture". Voulu par son précédesseur à la mairie Michel Dantin, le projet a été ardemment combattu par Thierry Repentin, alors qu'il était encore dans l'opposition.

"Ce projet n’a pas été discuté, dialogué avec celles et ceux qui en seront les voisins ni avec celles et ceux qui empruntent la rue qui dessert le quartier Mérande", avait ainsi reproché le candidat Repentin au maire sortant pendant la campagne des municipales.

Le projet adopté par la mairie devrait voir le jour au premier trimestre 2022.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets