"J’ai voulu marquer le coup avec cet enterrement de vie d’athlète", la skieuse paralympique, Marie Bochet, fête son départ en retraite aux Saisies

La skieuse savoyarde Marie Bochet, sacrée championne paralympique à huit reprises, a définitivement mis un terme à sa carrière sportive. Ce samedi 13 avril, elle fêtait aux Saisies, avec plus de 150 personnes son "enterrement de vie d'athlète".

"J’ai voulu marquer le coup avec cet enterrement de vie d’athlète", la légende Marie Bochet, octuple championne paralympique de ski, referme ce samedi 13 avril le chapitre glorieux de sa vie, celui de skieuse au plus haut niveau. Et pour "marquer le coup", comme elle dit, elle a organisé une fête chez elle aux Saisies, en Savoie, là où tout a commencé pour elle.

"Je suis une enfant du Beaufortin et j’avais envie d’accueillir tout ce monde chez moi à la maison, partager ce moment avec eux. C’était important de rassembler toutes ces personnes qui ont joué un rôle dans cette aventure, dans cette carrière, le staff, mon coach, mes amis, ma famille, de prendre le temps de les remercier."

15 ans de ski au plus haut niveau 

À 30 ans, l’athlète paralympique fête aussi 15 ans de ski au plus haut niveau et donc 15 ans de titres. La native de Chambéry, qui possède une agénésie, une malformation de son avant-bras gauche, a souvent été couronnée d'or. Elle a notamment été sacrée championne du monde à vingt-deux reprises. 

Elle a participé à quatre Olympiades. En 2010, à 16 ans, elle s'alignait déjà à Vancouver où elle touchera "le podium du bout des spatules" avec deux quatrièmes places. Lors de l'Olympiade suivante, à Sotchi, elle est sacrée à quatre reprises (Descente, Super G, Super combiné & Géant). En 2018, elle revient de nouveau avec quatre médailles d'or de Pyeongchang (Descente, Super G, Géant & Slalom). Lors des derniers Jeux Paralympiques à Pékin, elle décroche l'argent sur le Super-G.

Sa dernière course, c'était en Italie en février dernier, l’athlète était à Cortina, sur la piste qui accueillera les Jeux Paralympiques de 2026, sans elle. Cortina restera un moment marquant pour celle qui a remporté à neuf reprises le classement général de la coupe du monde, car tous ses proches étaient là, pour saluer son impressionnante carrière. Mais sa dernière course un Super-G a été annulée pour des raisons de sécurité : "La dernière course a été annulée, mais on a fait une dernière piste avec l’équipe et c’était un vrai moment de communion, il y a beaucoup d’émotions qui sont montées à ce moment-là et c’était chouette de partager ça avec eux, ce n'était pas le plan de départ, mais ça c’est très bien passé quand même." 

Et pour la suite ? 

Ce samedi, ils étaient 150 pour enterrer, d’une façon plus festive, sa vie d’athlète. Une présence que l'athlète salue en toute modestie : "S’il y a beaucoup de monde ce n’est pas parce que j’ai un gros palmarès, c’est parce que les champions, ils ont besoin de beaucoup de monde derrière eux pour aller décrocher ces médailles et ces médailles sont partagées avec toutes les personnes qui sont là aujourd’hui."

Pour la suite, Marie Bochet laisse planer le doute, même elle l’assure, elle continuera "dans le sport et dans le Beaufortain", mais elle n’en dira pas plus pour l’instant.

Dans la station des Saisies, les festivités se poursuivent ce dimanche 14 avril cette fois pour mettre à l'honneur les athlètes locaux qui ont marqué la saison : les biathlètes Justine Braisaz-Bouchet et Julia Simon, la skieuse Clara Direz et le fondeur handisport Karl Tabouret.