La ville de Chambéry agrandit les terrasses des restaurateurs pour la réouverture du 19 mai

Publié le Mis à jour le
Écrit par C.B.

Alors que les bars et restaurants pourront ouvrir leurs terrasses à 50% de leur capacité à partir du 19 mai, la ville de Chambéry propose aux restaurateurs d'agrandir leur terrasse jusqu'au double de leur surface initiale. Une manière de répondre aux inquiétudes de certains commerçants.

C'est une date très attendue par les restaurateurs, qui après des mois de fermeture pourront enfin rouvrir leurs terrasses à partir du 19 mai. Mais les restrictions sanitaires limitent le nombre de couverts à 50% de la jauge initiale de chaque établissement. 

Pour aider les restaurateurs, la ville de Chambéry a donc décidé de mener des aménagements pour agrandir les terrasses des établissements jusqu'au double de leur surface initiale. "Chaque terrasse a été étudiée au cas par cas. Les extensions ont été proposées en tenant compte des contraintes techniques", note la mairie dans un communiqué. 

 

Une suppression de la taxe d'occupation des terrasses pendant trois mois

Cette mesure, entièrement gratuite pour les restaurateurs, s'ajoute aux autres mesures votées lors du conseil municipal du 12 avril. Les élus avaient entériné une exonération de loyer pour les établissements fermés locataires de la ville et une suppression de la taxe d'occupation des terrasses pendant trois mois à compter de leur réouverture. 

"Nous savons combien le 19 mai est attendu, par les commerçants comme par leurs clients. Avec ces mesures, la ville permet une reprise rapide de l'activité, sans faire de compromis avec la sécurité sanitaire", a déclaré Raphaële Mouric, adjoint chargé du développement de l'économie locale à la mairie de Chambéry. 

Inquiétude dans la profession

Malgré ces annonces, certains restaurateurs portent un oeil inquiet sur les prochaines semaines. "Un professionnel sur quatre à une terrasse. Les trois autres, ils font quoi ? Cela va encore créer un malaise dans la profession, qui n'a pas besoin de ça", juge Danielle Chavant, la patronne de l''Union des métiers et des industries de l'hôtellerie de l'Isère.