Nouvelle nuit d'émeutes dans les Alpes : d’importantes dégradations à Chambéry et Annemasse, le bilan après le chaos

Des nouvelles violences ont éclaté dans la nuit de vendredi 30 juin au samedi 1er juillet en Savoie et Haute-Savoie après la mort de Nahel à Nanterre, 17 ans, tué par un tir de policier. De nombreux sites ont été incendiés, par exemple des maisons de quartiers où des écoles. Bilan au lendemain d’une nuit de chaos.

Les images circulent et se ressemblent : partout, en France, des émeutes ont éclaté en début de soirée, faisant place à une quatrième nuit de violences urbaines après la mort de Nahel, 17 ans, tué par un tir de policier en début de semaine. À Grenoble, les tensions ont été particulièrement vives dans le centre de la ville. Mais, d'autres villes des Alpes, comme Chambéry, Albertville, Annemasse ou encore l’Isle d’Abeau ont été le théâtre de scènes de chaos.

La maison de quartier s’enflamme à Annemasse

En Haute-Savoie, c’est à Cluses, Thonon-les-Bains ou encore Annemasse que la nuit a été particulièrement agitée. À Annemasse, la maison de quartier Nelson Mandela a été complétement détruite par les flammes, un bureau de tabac a également été pillé. La ville de Cluses a été secouée par des tirs de mortiers d’artifices et de violents affrontements entre pilleurs et forces de l’ordre ont eu lieu. Au total, en Haute-Savoie, selon les chiffres communiqués par la préfecture, 15 personnes ont été interpellées, et un policier a été blessé. 

10 personnes interpellées à Chambéry

En Savoie, l’essentiel des interventions s’est concentré à Chambéry. Des voitures ont été brûlées et des dégradations constatées sur certaines enseignes. Le bâtiment de la Fédération des œuvres Laïques (FOL), situé square André Tercinet, a été détruit par les flammes, ainsi que la cantine de l’école élémentaire Simone-Veil, rue Hector Berlioz. Au total, dix personnes, des jeunes mineurs et majeurs âgés de 17 à 27 ans, ont été interpellées en flagrant délit d’actes de violence et de dégradations. Deux cents pompiers et forces de l'ordre ont été déployés sur tout le département pour cette nuit d'émeutes, deux d'entre eux ont été légèrement blessés, précise la préfecture de la Savoie. 

En Isère, de vives tensions et après le chaos

En Isère, outre la capitale des Alpes, d’autres villes, plus petites, ont été tout autant impactées par les violences. À l’Isle d’Abeau, dans le nord de l’Isère, des tirs de mortiers ont retenti toute la nuit. À Villefontaine, autre commune du nord de l’Isère, des bibliothèques, des agences bancaires, des voitures ont de nouvelles fois été la cible d’incendies. En Isère, 61 personnes ont été interpellées, 166 policiers et 272 gendarmes engagés, et 235 sapeurs-pompiers.

En France, selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur, 994 personnes ont été interpellées lors de cette quatrième nuit de violences urbaines.