Confidences de chefs confinés. René Meilleur, 3 étoiles en Savoie : “J’ai passé 3 jours à dormir et à boire beaucoup”

René Meilleur, 3 étoiles à Saint-Martin-de-Belleville (Savoie), face au coronavirus : "je pensais avoir la grippe avec une forte fièvre, des courbatures, des maux de tête insoutenables, et un peu de toux.”
René Meilleur, 3 étoiles à Saint-Martin-de-Belleville (Savoie), face au coronavirus : "je pensais avoir la grippe avec une forte fièvre, des courbatures, des maux de tête insoutenables, et un peu de toux.”

En Savoie, comme tous les restaurants de France, la Bouitte, le 3 étoiles de la famille Meilleur à Saint-Martin-de-Belleville a cessé le service le 14 mars à minuit. Quelques jours plus tard, René Meilleur présentait des symptômes du coronavirus. "Ce satané virus fout la trouille", confie-t-il.

Par Odile Mattei

La Bouitte, restaurant gastronomique 3 étoiles de la famille Meilleur à Saint-Martin-de-Belleville est l’œuvre d’une vie. D’abord celle du chef René et de Marie-Louise, sa femme, puis avec la complicité de leur fils Maxime. Dans leur “petite maison” savoyarde à 1 800 mètres d’altitude, en Vanoise, l’esprit de famille brille au sommet. Une famille inquiète. Chez eux aussi, le Coronavirus a frappé.

La Bouitte, une table d’exception menée en duo par deux chefs, autodidactes, le père et le fils. Leur cuisine tout en finesse raconte l’amour de leur vallée des Belleville, de leur terroir, de cette nature environnante époustouflante. Leurs racines savoyardes toujours présentes, sont magnifiées et sublimées avec une sincère sensorialité créative. La Bouitte, ode à la montagne et au bonheur, a fermé ses portes à minuit le 14 mars. Ambiance très particulière ce week-end là. L’hôtel Relais et Châteaux 5 étoiles affichait complet. Le 15 au petit matin, les Meilleur ont préparé des sandwichs et des boissons pour tous les clients inquiets et pressés de rentrer chez eux. Du jamais vécu. “J’ai été élevé avec cette phrase” me dit René  “si tu veux manger, il faut travailler".

Ce satané virus fout la trouille, a tué des copains, tue des gens partout dans le monde. - René Meilleur

Infatigables bâtisseurs le père et le fils ont entrepris le grand nettoyage du restaurant, la réparation de certains meubles... Mais René a dû s’arrêter brutalement, proie d'une extrême fatigue. “Je pensais avoir la grippe avec une forte fièvre, des courbatures, des maux de tête insoutenables, et un peu de toux". Le médecin de famille lui prescrit alors du paracétamol et le confinement total. ”J’ai passé 3 jours très difficiles à dormir et à boire beaucoup d’eau. Ma garde malade exceptionnelle a tout fait pour que je m’en sorte". Marie-Louise était à ses côtés, fatiguée mais beaucoup moins que son mari. Maxime, lui, n’a eu aucun symptôme d'une contamination au coronavirus. “Ce satané virus fout la trouille, a tué des copains, tue des gens partout dans le monde", lâche le chef. “L’idée de l’hôpital  l’intubation..., c’est effrayant !"

J’espère que cette situation terrible provoquera une prise de conscience générale sur l’alimentation et le respect de la nature.

Guéri mais toujours confiné avec sa femme, ils insistent tous les deux sur l’importance des gestes barrières et l’obligation du respect du confinement. Les enfants et petits enfants, ils les voient plusieurs fois par jour grâce à Skype. Il prend aussi régulièrement des nouvelles des équipes et des amis. Aujourd’hui, la santé quasiment retrouvée, René Meilleur, le montagnard, confiné, s’ennuie. "J’ai le privilège d’habiter ici dans un chalet avec balcon et terrasse à proximité de notre hotel-restaurant. Je respire le grand air, j’admire mes montagnes, et j’ai la chance de profiter du passage des chamois, des cerfs à quelques mètres de chez moi". Mais les balades et les parfums de la montagne lui manquent comme les relations directes avec la famille et les copains du village. René Meilleur tourne en rond. “Le virtuel n’est pas la vraie vie. Où est la bonne odeur du saucisson et l’arôme du vin de Savoie lors des apéros par WhatsApp ? J’espère que cette situation terrible provoquera une prise de conscience générale sur l’alimentation et le respect de la nature. La vie en dépend".

Avec son fils, ils réfléchissent, par téléphone, à la carte d’été. L’ouverture de la Bouitte est prévue le 13 Juin. “Mais comment évoluera cette pandémie ?” Une certitude en revanche : la cuisine des deux chefs triplement étoilés sera toujours dédiée à la nature, composée de produits sains locaux aux goûts typiques. Avec ces trésors du terroir, ils préparent de nouvelles émotions à partager. René et Maxime mitonneront toujours avec leur âme savoyarde dans cette “petite maison” familiale en offrant le “meilleur” aux clients en quête d’authenticité et d’excellence.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus