• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Incendie mortel de Courchevel. Une ancienne employée de Tournier témoigne de conditions de logement “horribles”

Cyrielle Rousseel a travaillé pour le groupe Tournier début décembre avant de démissionner.
Cyrielle Rousseel a travaillé pour le groupe Tournier début décembre avant de démissionner.

Cyrielle Rousseel raconte dans quelles conditions elle a été employée et logée par Tournier. La jeune femme a répondu à l'appel lancé sur facebook par les parents d'une des victimes de l'incendie de Courchevel. Leur fille s'est gravement blessée en sautant par une fenêtre pour échapper aux flammes.

Par TD

"On est pas des chiens, les saisonniers doivent être respectés, il faut que ça change" confie la jeune femme. Cyrielle Rousseel a 25 ans. La jeune femme travaille comme saisonnière en station de sort d'hiver.

Début décembre elle est employée à Courchevel par le groupe Tournier. Avec son contrat de travail, est prévu un logement, comme cela se fait couramment. Le loyer est retiré de son salaire, une somme de 120 euros considérée comme un "avantage en nature" sur la fiche de paye.  

Arrivée dans l'ancien hôtel où Tournier loge ses employés, Cyrielle découvre avec stupeur qu'elle devra partager une chambre de 9 mètres² avec une autre jeune femme qu'elle ne connaît pas... Pire, elles vont devoir dormir dans le même lit car il n'y en a qu'un dans le logement. 
 
© photo amateur
© photo amateur

"C'était horrible... Les toilettes n'étaient pas propres, il y avait encore les excréments de l'année précédente, la baignoire aussi était sale, j'ai dû tout nettoyer à la javel" raconte-t-elle. "Il n'y avait pas d'alarme incendie" affirme-t-elle aussi. 

"Les radiateurs ne fonctionnaient pas. Il n'y avait pas de double vitrage, il faisait très froid". Et d'ajouter "il n'y avait pas non plus de couette, heureusement que j'avais amené mon duvet". 

D'après Cyrielle, les conditions de sécurité dans l'immeuble incendié n'étaient pas réunies. "On ne pouvait pas passer à deux dans les couloirs qui étaient très étroits". Elle ajoute qu'au rez-de-chaussée et au premier étage, certains des saisonniers dormaient dans une pièce sans fenêtre. 

Au bout de sept jours, la jeune femme craque et décide de démissionner. Elle explique à ses employeurs qu'elle ne peut pas vivre dans ces conditions durant 5 mois. On lui répond alors qu'"elle se prend pour une princesse". 

Cyrielle Rousseel a souhaité témoigner de ce qu'elle a vécu après être tombée sur le groupe facebook créé par les parents d'Ambre. Cette dernière a été très sérieusement blessée et pourrait ne jamais remarcher après avoir sauté par une fenêtre pour échapper aux flammes la nuit de l'incendie. Sa famille lance aujourd'hui un appel aux saisonniers qui pourraient témoigner des conditions de logement au sein du groupe Tournier. 

Si les enquêteurs se concentrent ces derniers jours sur l'identification des deux personnes décédées et sur les origines de l'incendie, il devrait y avoir vraisemblablement un second volet dans l'enquête sur les conditions de sécurité de l'ancien hôtel où logeaient les victimes. 

L'interview de Cyrielle Rousseel :
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les militants du Rassemblement National 69, rassemblés à Irigny pour la soirée électorale

Les + Lus