Michel Barnier en a "ras-le-bol" de voir "certains de ses amis" courir derrière Marine Le Pen

L'ancien ministre et commissaire européen Michel Barnier, a fustigé samedi "certains de ses amis qui courent derrière Marine Le Pen", lors de l'université de rentrée du MoDem, où il était invité.

© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
"Je n'accepte pas de recevoir des leçons de patriotisme de Mme Le Pen", a lancé Michel Barnier lors d'une table ronde intitulée "les démocraties françaises et européenne à l'épreuve du doute".

"Et j'en ai ras-le-bol aussi de voir certains de mes amis courir après elle, comme si on pouvait la rattraper alors qu'on ne la rattrapera pas", a-t-il ajouté sans citer personne nommément, s'attirant une salve d'applaudissements d'adhérents du MoDem. 

Devant ce parterre centriste, Michel Barnier a exhorté à être "européen" et "patriote et fier de l'être", pour ne pas être "sous-traitant ou sous influence des Chinois et des Américains". Et cet ancien commissaire européen a réaffirmé qu'il fallait "faire fonctionner Schengen" plutôt que de le "supprimer".

Il y a quelques mois, Michel Barnier a été éconduit aux régionales où il espérait être la tête de liste pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, au profit de Laurent Wauquiez, investi par le parti. Malgré les cris d'orfraie poussés par les centristes lors de cette désignation, tant l'UDI que le MoDem se sont finalement ralliés au député-maire Les Républicains du Puy-en-Velay.

Dans la course à la primaire de la droite et du centre en vue de la présidentielle de 2017, l'ancien commissaire européen a annoncé début juillet son soutien à Bruno Le Maire, si le député LR de l'Eure était officiellement candidat.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique