Cet article date de plus de 7 ans

Rahan, fils d'André et Chantal Cheret, au Chambéry BD

C'est l'autre star de la BD des années 70 présente à Chambéry. André Cheret, le père de Rahan, héros préhistorique à la crinière blonde. L'auteur de Pif Gadget est accompagné de sa coloriste de toujours, sa femme Chantal.
Elle est assise à côté de lui, devant un classeur de dessins. Les deux portent un polo noir Lacoste. Chantal Cheret veille sur André Cheret tandis qu'il dédicace et dessine à tour de bras. Une journée marathon stylo en main, car en ce samedi après-midi au Chambéry BD, leur stand est l'un des plus convoités.

Rahan, c'est le héros par excellence. Beau gosse musculeux, fort, courageux et sensible (souvenez-vous, il est orphelin)... Depuis leur première parution en 1969, les aventures du "fils des âges farouches" ont passionné les lecteurs assidus de Pif Gadget. Depuis, Rahan a failli mourir, il a trouvé l'amour, a eu des enfants... Toute une vie, sans vieillir. 

Rahan a été créé par le dessinateur André Cheret, et par le scénariste Roger Lecureux. Lorsque ce dernier décède, c'est son fils Jean-François qui prend la suite. Depuis, le duo est resté fusionnel. Et Rahan n'a pas eu à souffrir d'une banale séparation, traversant, alerte, les générations.

Ce que l'on sait moins, c'est que derrière le fil adoptif de Craô, il y a aussi le couple Cheret. "Il n'était jamais content des couleurs", explique Chantal Cheret. "On s'est rencontrés en 1974, j'étais alors dans l'hôtellerie. Je ne lisais pas du tout Rahan...mais plutôt Pilote" sourit-elle.

André Cheret décide alors de former sa compagne. Un jour, l'éditeur Pif Gadget lance une compétition, Chantal doit se mesurer avec un autre coloriste sur un épisode très important appelé "La mort de Rahan". "Il ne fallait pas se tromper", explique-t-elle. "L'autre coloriste a utilisé du rouge quasiment dès le début de l'épisode, c'était la chose à ne pas faire..."

Chantal Cheret est donc choisie par l'éditeur. André Cheret prévient alors : "elle sera la seule et l'unique, il n'y en aura pas d'autres".

Les rapports entre dessinateur et coloriste sont très particuliers, c'est évident la moindre erreur peut corrompre le dessin à tout jamais... Ainsi, il est impensable pour Chantal Cheret d'utiliser le graphisme 3D. "Je fais tout au pinceau, tous mes dégradés à la main" explique-t-elle. "De toute façon l'oeuvre d'André est impossible à colorer par ordinateur, car il ne ferme jamais ses dessins". 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chambéry bd culture