Record de durée pour un conflit social en Savoie : 25 jours de grève chez MSSA, un fabriquant de produits chimiques

La grève sur les négociations salariales menée par une majorité des ouvriers de production de MSSA, fabricant de produits chimiques basé en Savoie, est entrée dans sa quatrième semaine, un record pour un conflit social dans le département.
 

L'entreprise MSSA à Saint-Marcel (Savoie).
L'entreprise MSSA à Saint-Marcel (Savoie). © Google Street View

"Lundi sera le 25e jour de grève, c'est jamais arrivé dans le département depuis au moins 40 ans et en dehors des mouvements nationaux, comme contre les retraites", a affirmé samedi Pierre Didio, secrétaire général FO en Savoie.
Le syndicat majoritaire chez le fabricant de produits chimiques MSSA en Savoie annonce l'installation d'un piquet de grève ce lundi 11 mai devant l'usine à Saint Marcel.

Selon M. Didio, les grévistes étaient 74 ce samedi, soit environ 60% de la production". "Cinquante grévistes, avec une accélération des retours", a de son côté indiqué Paul-Olivier Léon, directeur administratif et social.

Le conflit social a démarré le 17 avril sur un report de date de négociations salariales annuelles, décidé parce que le président était empêché par un deuil familial mais FO avait estimé que la direction "jouait la montre". Depuis les discussions se sont tendues.

Après l'échec des négociations -- ni FO, ni la CFDT ni la CFE-CGC n'ont signé --, la direction a annoncé mercredi une proposition unilatérale, qui sera soumise au CSE lundi pour avis consultatif.

Elle consiste en "une augmentation générale de 1,4% des salaires avec un seuil de 40 euros par personne garantissant une augmentation minimum de 520 euros par an, une augmentation individuelle allant de 0,5% à 1% selon la catégorie, soit une augmentation moyenne de 2,7%".

De plus, une prime de 1.400 euros, une amélioration de la prime d'ancienneté et du calcul de l'abondement de l'employeur sur le plan d'épargne d'entreprise sont prévues.

De son côté, FO revendique 1.000 euros de prime exceptionnelle de pouvoir d'achat (PEPA) et 700 euros de prime Covid-19 soit 1.700 euros de primes. De plus, le syndicat place le seuil d'augmentation à 50 euros (contre 40 euros) et veut un accord sur les jours de grève.

Par ailleurs, le syndicat s'est inquiété des conditions de fonctionnement de l'usine, classé "Seveso 2 seuil haut" dont la production ne peut être stoppée sous peine d'endommager les fours. Mardi, "un panache de fumée s'est élevé au-dessus de l'usine", a dénoncé FO, qui a émis "de nombreuses alertes de danger grave et imminent contre les salariés et la population alentours".

Mais la direction a assuré que "l'activité a pu être poursuivie en toute sécurité durant ce conflit grâce au service de volontaires et aux salariés non-grévistes".

Créé en 1898, MSSA, anciennement Métaux Spéciaux, et aujourd'hui filiale du groupe japonais Nippon Soda, emploie à Plombière Saint-Marcel environ 300 personnes, dont 120 dans ses ateliers de production.

Outre du sodium et du chlore - à raison de 215.000 tonnes par an -, l'usine fabrique du lithium depuis cinq ans. C'est le seul producteur de sodium implanté ailleurs qu'en Chine.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social seveso industrie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter