En Savoie, une main d'œuvre essentiellement locale répond à l'appel des vendanges

Après le passage du coronavirus, la saison des vendanges sera organisée différemment en Savoie. A Pôle emploi, 280 postes sont actuellement proposés. Cette année, beaucoup de main d'œuvre locale postule et veut travailler dans les vignes.
Les vignerons de Savoie préparent les vendanges en s'adaptant aux contraintes sanitaires. (Illustration)
Les vignerons de Savoie préparent les vendanges en s'adaptant aux contraintes sanitaires. (Illustration) © Thierry Boulant / MAXPPP
Dans le bureau d'Annaïg Johnson, le téléphone sonne sans cesse. Au bout du fil, des demandeurs d'emploi français mais aussi étrangers que cette conseillère Pôle emploi dédiée aux vendanges doit orienter.

"Là, par exemple, c'était un Italien qui souhaitait savoir s'il pouvait venir travailler en France, dit-elle en raccrochant. Je lui ai expliqué qu'il n'y avait aucun souci à partir du moment où il est dans l'espace Schengen, il a le droit de venir travailler, notamment sur les vendanges."

Depuis le début de l'été, 10% des appels proviennent de l'étranger. Mais après le passage du coronavirus et le ralentissement économique, il y a davantage de saisonniers en demande. Près de 280 postes sont actuellement proposés à l'agence Pôle emploi de Montmélian, et il va y en avoir d'autres.
 
Au coteau de Torméry, à Chignin en Savoie, on se prépare à une année particulière. "On a une demande beaucoup plus forte de locaux, d'étudiants, de demandeurs d'emploi, de saisonniers aussi qui rejoignent la montagne l'hiver, liste Michel Quenard, vigneron à Chignin Torméry. Avant tout, on veut privilégier ce public local."

 

Organisation revue


Dans ce vignoble, l'équipe est quasiment constituée alors que le début des vendanges avance à grands pas. Sur les 40 saisonniers, il y a moins de main d'œuvre étrangère que d'habitude. Et cette saison, l'organisation est différente, surtout par rapport aux contraintes sanitaires.

"On va limiter les places dans les fourgonnettes, au lieu de neuf places, on va se retrouver à cinq et on va respecter les distanciations. Ca imposera plus de véhicules, certains viendront sûrement avec leur véhicule personnel, ceux qui le souhaitent. Il y aura un peu plus de circulation sur les petites routes de campagne", prévoit Guillaume Quenard, vigneron au coteau de Torméry.

Le port du masque en milieu clos sera obligatoire, comme le prévoit la réglementation. A Chignin, tout est prêt pour accueillir les saisonniers, même les grains de raisin qui ont 15 jours d'avance. Le début des vendanges est prévu fin août.
 
En Savoie, une main d'oeuvre essentiellement locale répond à l'appel des vendanges

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie vendanges covid-19 santé société