Ski alpin : Alexis Pinturault dit presque adieu au général après un nouveau géant raté à Alta Badia

Publié le
Écrit par M.D. avec AFP

Alexis Pinturault ne se fait plus d'illusions pour le gros globe de cristal après un nouvel échec lundi à Alta Badia. Le Savoyard pointe désormais à la 7e place du classement général, à 399 points du leader suisse Marco Odermatt.

Une défaite et des espoirs déchus. Alexis Pinturault a quasiment abandonné tout espoir de remporter le gros globe de cristal une deuxième saison de suite, secoué par un nouveau géant raté à Alta Badia lundi 20 décembre. Le Savoyard a fini 18e tandis que son rival suisse Marco Odermatt survole les débats.

Pinturault, maître de la discipline la saison passée, a essuyé deux lourds échecs en géant dans les Dolomites avec déjà une 15e place dimanche. "Je suis beaucoup trop loin pour le général, ce serait idiot d'essayer de s'accrocher. Je vais prendre du temps pour retrouver un meilleur niveau", a asséné le Français dans l'aire d'arrivée, déjà prêt à laisser sa couronne conquise de haute lutte au printemps. Au tiers de la saison (12 courses sur 36), il pointe à la 7e place, à 399 points de Marco Odermatt.

Toutefois plus combatif que la veille, le skieur de 30 ans pense avoir identifié un problème majeur au niveau matériel : il a conservé des skis de 193 cm là où plusieurs de ses rivaux utilisent des planches de 198 cm, notamment son compatriote Mathieu Faivre, dès l'hiver dernier, avant son titre de champion du monde.

"Il semble que j'ai loupé un wagon. Maintenant, presque tout le monde utilise des skis plus longs. Je ne pensais pas que ça ne puisse faire une telle différence mais elle est bien réelle", a-t-il estimé après avoir passé de longues minutes seul dans un coin de l'aire d'arrivée.

Le skieur de Courchevel aux 34 victoires en Coupe du monde (un seul podium, pas de succès cette saison) entend alléger son programme et zapper les deux super-G de Bormio (Italie) la semaine prochaine pour prendre le temps de se reposer et tenter d'adopter son nouveau matériel. Un pari à un mois et demi des Jeux olympiques de Pékin.

Il est attendu mercredi au slalom nocturne de Madonna di Campiglio (Italie) puis devrait avoir presque deux semaines de libre pendant les fêtes avant sa prochaine course, un slalom à Zagreb le 5 janvier.

Odermatt intouchable

Loin au-dessus de ses concurrents, Marco Odermatt a lui offert un nouveau récital, plus d'une seconde devant l'Italien Luca De Aliprandini (à 1 sec 01) et l'Allemand Alexander Schmid (à 1 sec 09).

Dès la première manche, le Suisse avait été le plus rapide au son d'un remix electro-house du tube "Sweet dreams" d'Eurythmics, dans l'ombre de la Gran Risa, privée du soleil des Dolomites.

De doux rêves, il n'est plus question pour le champion du Nidwald qui se pose à 24 ans en favori bien réel pour le gros globe de cristal cette saison grâce à une constance et à une classe exprimée week-end après week-end sur toutes les pistes du circuit.

Il compte six podiums et quatre victoires en neuf courses cet hiver (dont 3 victoires en géant) et 228 points d'avance sur l'Autrichien Matthias Mayer au classement. "J'ai du mal à trouver les mots, c'est encore une course quasi parfaite pour moi. Je suis allé à la limite. C'est mon meilleur début de saison évidemment, c'est incroyable. Je suis soutenu par une équipe parfaite", a-t-il souligné.

A l'inverse, pour les Français, l'emblématique piste Gran Risa aura plutôt été un interminable cauchemar de deux jours. Mathieu Faivre a sauvé l'honneur avec une 9e place lundi (à 1 sec 70), seul top-10 des Bleus en deux jours, loin devant Victor Muffat-Jeandet (17e à 2 sec 61) et Alexis Pinturault (18e à 2 sec 70). Thibaut Favrot est sorti de la piste en deuxième manche.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité