Ski alpin : de nouveau en pleine forme, Pinturault peut nourrir de grands espoirs à Wengen

Alexis Pinturault peut espérer une belle performance au combiné de Wengen. / © Fabrice COFFRINI / AFP
Alexis Pinturault peut espérer une belle performance au combiné de Wengen. / © Fabrice COFFRINI / AFP

Alexis Pinturault a retrouvé la forme après le slalom d'Adelboden lors duquel il était malade. Le Savoyard nourrit donc de grands espoirs avant les épreuves de Wengen qui commencent vendredi.

Par MD avec AFP

De nouveau en pleine forme, Alexis Pinturault peut nourrir de grands espoirs à Wengen (Suisse). Le skieur de Courchevel est l'un des favoris du combiné qui commencera vendredi 17 janvier, et du slalom de dimanche. Après la déception d'Adelboden, où il était encore convalescent, le Français est placé en embuscade derrière le leader au classement général de la Coupe du monde de ski, Henrik Kristoffersen.

Trois fois lauréat du petit globe de la spécialité, Pinturault a remporté fin décembre le combiné de Bormio, décrochant son 9e succès dans la spécialité et sa 3e victoire de la saison. Il a toutefois terminé 10e du slalom géant et 8e du slalom d'Adelboden. Mais le skieur estime que "cela aurait pu être pire" au vu de son état : "J'ai fait ce que j'ai pu, tant bien que mal, dans des circonstances particulières".
 

Depuis le début de saison, "il y a beaucoup d'athlètes qui ont eu des hauts et des bas. J'espère avoir connu le plus de bas possibles en début de saison avec des petits pépins physiques et de santé." Avant le combiné de Wengen qu'il a remporté en 2013, le Français l'assure : "Ca va beaucoup mieux. Le ski est là, ce qui m'a permis d'aller chercher trois victoires dans trois disciplines différentes".

Pinturault, qui cite parmi ses principaux rivaux le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde, 3e du classement général de la Coupe du monde, estime qu'il faudra vendredi "être à tout prix au contact après la descente".
 
 

"Un podium" comme ambition


Cette saison, le combiné se dispute selon un format inversé, avec les meilleurs chronos de la descente qui partent en premier lors du slalom. "Les autres années on pouvait se contenter d'être dans le top 30 après la descente alors que là il faut laisser le moins de temps aux descendeurs. A Bormio (après un Super-G), le suspense a vite disparu dans le slalom, mais ici ça peut être tout autre car je m'attends à des écarts plus grands à l'issue de la descente", ajoute-t-il.

Auréolé d'une 3e place dans le géant d'Adelboden, l'autre tricolore Victor Muffat-Jeandet débarque à Wengen sur un terrain qui lui a souvent souri avec un premier podium en Coupe du monde en 2015 (2e du combiné) et un unique succès à ce jour sur le circuit, en 2018, toujours dans le combiné.

"Si je m'élance, c'est pour essayer de réaliser une très bonne performance, donc un podium", assure le médaillé de bronze des Jeux olympiques 2018. Sa 3e place à Adelboden samedi, il en a "bien profité. L'idée est de continuer sur cette lancée" mais "il ne faut pas être trop dans l'euphorie et respecter certains fondamentaux".

La mythique descente du Lauberhorn est quand à elle programmée samedi. Pour son 90e anniversaire, les organisateurs ont eu le bon goût d'inviter un grand nombre d'anciens vainqueurs, dont Henri Duvillard, dernier Français à s'y être imposé... en 1970.

 

Le programme de l'étape de Coupe du monde messieurs de Wengen

 Vendredi 17 janvier : combiné alpin, descente à 10h30, slalom à 14h30
 Samedi 18 janvier : descente à 12h30
 Dimanche 19 janvier : slalom, première manche à 10h15, deuxième manche à 13h15

Sur le même sujet

Les + Lus