Un Spa propose des bains au vin dans un chaudron à fromage en Vallée d'Abondance

Publié le
Écrit par Loïc Ballet / En Vadrouille

Dans la famille Trincaz, on est hôtelier-restaurateurs depuis 5 générations en Vallée d'abondance et on cultive le goût de l'insolite. Ainsi dans le spa, vous pouvez prendre un bain au lait ou au vin... Devinez ce qu'a choisi l'équipe de "En vadrouille" pour le tournage d'un nouveau numéro ?

Imaginez qu’un jour on vous offre un chaudron à fromage, on appelle ça  “une fruitière” en Haute-Savoie. Une cuve en cuivre dans laquelle a été produit pendant des décennies de l’Abondance AOP. Vous n’allez pas le jeter ! Et bien, chez les Trincaz, famille d'hôtelier-restaurateurs, ce chaudron trône fièrement au cœur du SPA et est devenu une baignoire dans laquelle sont proposés des soins, au lait ou au vin… L'équipe de Loïc Ballet n’a pas résisté à tester le bain au vin pour un nouveau numéro de "En vadrouille" !

Depuis 1894, à La Chapelle d’Abondance, village de 900 habitants à quelques kilomètres de la Suisse, l’hôtel-restaurant familial de montagne Les Cornettes se résume en 3 mots : hospitalité, sincérité et convivialité auxquels on peut ajouter originalité.

Une dynastie d'aubergistes

En cinq générations, la famille Trincaz est devenue incontournable en Haute-Savoie. Sylvie, la maman à la réception, Virginie, la fille, accueille les clients pendant que Jérémy les restaure.
Le jour de notre venue, c’est chez Michel, l’oncle de cœur, que Jérémy m’a reçu. Ce producteur de fromages d’Abondance dans son alpage du Mouet, avec son look proche de “Crocodile Dundee savoyard”, chapeau en cuir vissé sur sa tête, ne laisse pas indifférent. Mais la rencontre se mérite ! Comptez pas moins d’1h30 de randonnée en raquettes pour rencontrer ce "cowboy des neiges”. 
(Bon, autant vous le dire tout de suite, nous avons eu droit à un traitement de faveur : Michel est venu nous chercher en motoneige avec une luge accrochée derrière pour monter, caméra, micro et équipage télévisuel).

Le soleil est au rendez-vous et la vue à couper le souffle. Un petit verre de  vin blanc savoyard, une fondue préparée par le maitre des lieux, on ne peut refuser de goûter à l’Abondance qu’il produit sur place dans les chaudrons accrochés au plafond pendant cette période hivernale. Avec Michel, je comprends cette vie en alpage, cette passion proche du sacerdoce.

Un mini musée Grévin

Après cette bonne fondue à 1 800 m d'altitude, le moment me semble opportun de tester ce fameux bain au vin. Pour accéder à l’eSPAce détente, passage obligé par le musée familial ! Sylvie, la maman nous fait la visite. Chez les Trincaz, on aime chiner et collectionner. La preuve avec les 320 exemplaires de moulins à café exposés. Photos, assiettes, ustensiles de cuisine, animaux empaillés, la passion de “Papy Gagy”, le grand-père, semblait compulsive.
Pour faire sa connaissance, Sylvie me guide jusqu’à l’ancienne cuisine familiale en cire, oui en cire ! Lui et les aïeux Trincaz semblent encore s’activer tant le réalisme est troublant. Assis autour de la table, François et Pauline, la deuxième génération et debout Gaby et Jeanine, les grands-parents. C’est improbable, unique, inoubliable. «Un jour, en 2011, autour de quelques verres, un client dévoile son identité, sculpteur au Musée Grévin». Pour Papy Gagy, l’idée  ne fait qu’un tour ! «En échange de quelques repas et séjours à l'hôtel, toute la famille s’est retrouvée en cire dans la vitrine. Qu’est-ce qu’on a ri, immobiles pendant des heures pour faire les empreintes de visages, de mains». 

Plongée bénéfique dans le vin de Savoie

Après cette visite du musée familiale, je pousse la porte de la cave, drôle de lieu pour commencer un soin ! “Après tout, c’est l’ingrédient principal de notre soin : un bain au vin !” m’indique Virginie. Je découvre enfin la fameuse fruitière, ce chaudron dans laquelle était fabriqué le fromage d’Abondance. Installée littéralement au cœur d’un ancien mazot de 1730, il est majestueux !  Dans ce chalet d’alpage démonté et remonté, l'atmosphère y est reposante. Reste plus qu’à préparer le bain au vin.  «Pour un bon bain au vin, la recette est simple : de l’eau chaude, 6 bouteilles de vin rouge savoyard et 30 minutes, voire 1h de détente garantie. C’est hypotenseur, ça resserre les pores et c’est bon pour les articulations». Ce n’est pas le moment de reculer, même si je ne suis pas du genre à mettre de l’eau dans mon vin, je dois tenter l’expérience. Je ferme les portes du mazot, trempe les orteils l’air amusé et compte en profiter autant que la durée conseillée. Immergé dans cette eau et ce vin, je me se sens bien. La chaleur, mais aussi l’odeur me transporte. Je ferme les yeux, mes pensées hésitent ente la quiétude de l’eau d'un lac alpin ou le parfum boisé et vineux d’un caveau savoyard empli de futs de vin. 
Après le bain, je me glisse dans un lit fait de foin. Le parfum d’herbes sèches achève mon voyage. Là, adieu les Cornettes et le pays savoyard, cette senteur me rappelle la saison des foins en Haute-Loire et la grange de ma grande-mère dans laquelle je jouais petit.  Bref, un soin au vin ou un voyage immobile garanti !" 

Retrouvez d’autres histoires dans «En vadrouille» tous les vendredis à 9h50 sur France 3 Auvergne, France 3 Alpes et France 3 Rhône-Alpes et en replay sur France.tv