Une opération solidaire pour aider les vignerons en difficulté

La viticulture est un des secteurs agricoles durement touché par la crise, et tout particulièrement les jeunes professionnels fraîchement installés. Aussi la Confédération paysanne a-t-elle décidé de lancer une opération de soutien à ces vignerons en difficulté ... une vente de vin, bien sûr.
© Yannick Kusy
« Déjà pour des exploitations viticoles comme la nôtre, avec une certaine ancienneté et un réseau de clients, la situation est difficile. Alors pour les jeunes domaines … ». 

Par « situation » Anne Deplaude, viticultrice installée à Tartaras dans la Loire, veut parler de l’annulation de tous les salons des vins en cette fin d’anné et des sérieux doutes quant à la tenue de ceux du printemps 2021. Tout ça pour cause de Covid, évidemment.
 

Les salons annulés en 2020 et peut-être 2021

Car sur les trois derniers mois de l’année, avant les fêtes, les professionnels estiment que c’est 40 % du chiffre d’affaires annuel qui est réalisé, en théorie.

Et c’est bien le problème pour les jeunes domaines, ceux qui ont été montés ou repris récemment : ils ont souvent peu de trésorerie et un réseau de commercialisation encore balbutiant. Alors sans les salons, où ils peuvent se faire connaître, le péril guette sérieusement.
 

In vino "solidaritas"

C'est donc pour venir en aide à ses jeunes domaines que la confédération paysanne Auvergne-Rhône-Alpes a décidé d'une opération de solidarité : la vente de vins pour les vignerons en difficulté. "In vino solidaritas", pourrait-on dire en néo (et mauvais) latin.

Galileo Monnet-Martin, l’animateur du réseau de la Confédération paysanne explique qu’il ne s’agit là que de faire "de la mise en relation entre les clients potentiels et les vignerons en difficulté".

Une aide à l'organisation des jeunes domaines

Le syndicat va donc réceptionner les bons de commandes et les transmettre ensuite aux vignerons qui géreront ensuite au mieux les demandes des particuliers, soit en les livrant directement, soit en ayant recours à des transporteurs.

Pour donner davantage de résonance à cette opération, la Confédération paysanne a fait appel aux réseaux solidaires comme les AMAP (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne), les magasins d’alimentation solidaire, les groupement d’achat citoyens, mais aussi tout simplement le réseau militant.
 

D'autres domaines pourraient s'ajouter à la liste

Pour l'heure, neuf domaines ont été mis en avant, mais la liste pourrait rapidement s’allonger puisque l’initiative a suscité l’intérêt d’un certain nombre d’autres petits exploitants récemment installés.

D’une manière générale, la Confédération paysanne insiste sur le fait que les jeunes viticulteurs ne sont pas les seuls à être concernés par la crise, même s'ils le sont plus durement. Pour l'organisation syndicale, c'est toute la filière dans son ensemble qui est fortement impactée.

D’où son appel à ce que le grand public se rende (avec modération) chez son caviste ou directement à la rencontre des différents domaines de la région, dès que les règles du confinement le permettront.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie crise économique solidarité société confinement coronavirus/covid-19 viticulture