• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Le Synchrotron à Grenoble perce le mystère de la couleur

C'est un mystère qui intrigue les scientifiques depuis fort longtemps. Comment la nature produit des couleurs inaltérables... Pourquoi les plumes des oiseaux ou les ailes des papillons ne ternissent jamais avec le temps. Une étude menée sur le Geai au Synchrotron, à Grenoble. 

Par Céline Aubert

Le Geai a cette particularité, ses plumes alternent joliment les couleurs noir, bleu, blanc... C'est cet oiseau que les scientifiques de l'Université de Sheffield ont choisi pour percer le mystère de la couleur. Depuis des décennies, on sait que la nature produit des couleurs avec des pigments, mais aussi avec la matière.

Alors que les pigments ternissent et deviennent gris ou blanc avec le temps - comme nos poils et nos cheveux - les couleurs produites par la matière sont inaltérables. 

Pour étudier de quelle façon la nature procède, les scientifiques sont "entrés" dans la nanostructure de la plume du Geai, puis dans un poil, jusqu'à la matière spongieuse composée d'orifices. C'est la taille de ces cavités et leur distance qui décident de la couleur noir, bleu et blanc. Comme un cheveu humain avec plusieurs teintes.

Une expérience qui ne pouvait se faire qu'à l'ESRF, L'European Synchrotron Radiation Facility de Grenoble (ou dans un des deux autres Synchrotron dans le monde, aux Etats-Unis et au Japon) et surtout dans une ligne de lumière bien précise, qui depuis deux ans combine optique et rayons X. 
le synchrotron perce le mystère de la couleur
Intervenants : Sylvain Prévost, scientifique de ligne à l'ESRF ; Dr Patrick Fairclough, professeur en génie mécanique à l'Université de Sheffield (GB)

Cette étude a été réalisée par des Britannniques, des professeurs de l'Université de Sheffield, dans le Yorkshire. Leur objectif, comprendre comment la nature procède, pour pouvoir reproduire des couleurs inaltérables avec une empreinte carbone plus faible. Les applications sont nombreuses, peintures, vêtements... 

D'autres aventures attendent le Synchroton. De nombreuses études sont réalisées dans les 43 lignes de lumière du site, dans des domaines aussi divers que la médecine ou la paléontologie. Mais pour l'heure, l'impressionnante machine est en maintenance. Un grand sommeil qui s'achèvera fin janvier.

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus