Top 14 : Oyonnax chute à Castres 35 à 26

L'ancien coach emblématique d'Oyonnax, Christophe Urios, affichait vendredi soir sa satisfaction. Ses castrais ont fait le job à la maison. Olivier Azam, le nouvel homme fort d'Oyo, reconnaît qu'il faudra du temps pour digérer les changements dans l'effectif à l'intersaison.  

Castres s'est défait d'Oyonnax (35-26), non sans difficultés, vendredi en ouverture de la 4e journée de Top 14, pour les retrouvailles de son nouveau patron, Christophe Urios, avec son ancienne équipe.

Renversé à Toulouse le week-end dernier (20-37), le CO signe sa deuxième victoire en quatre matches en maintenant inviolé son antre de Pierre-Antoine, objectif prioritaire d'Urios, arrivé dans le Tarn avec pour mission de ramener au premier plan le champion 2013, passé tout près de la relégation l'an dernier.

Troisième défaite en quatre rencontres

"Oyo" - d'où l'ancien talonneur est parti avec son staff et deux de ses cadres, le pilier Antoine Tichit et l'ouvreur Benjamin Urdapilleta, absents sur blessure pour plusieurs mois - accuse pour sa part sa troisième défaite de la saison, après la correction reçue face à Clermont à Charles-Mathon (24-41).

Mais les Haut-Bugistes, amenés par Urios en phase finale la saison dernière, ont vite fait taire Pierre-Antoine en inscrivant un essai au bout de quelques secondes. Profitant d'un en-avant de David Smith sur le coup d'envoi, Roimata Hansell-Pune a transpercé la défense castraise avant de servir le Fidjien Uwanakaro Tawalo, ancien de Clermont, à la conclusion.

Oyonnax accrocheur

Pris de court, les Castrais ont toutefois vite réagi grâce à un essai de leur demi de mêlée Julien Seron après une course le long de la ligne de touche (8),
puis un deuxième de Rémy Grosso (20). Mais avec le demi de mêlée néo-zélandais Piri Weepu, champion du monde 2011, à la baguette, Oyonnax a remis le doute dans le camp castrais avec un deuxième essai tout en force de Tawalo en coin (30).

Après cette orgie de jeu, la deuxième mi-temps se limita en grande partie à un duel de buteurs entre Geoffrey Palis (48, 52, 60) et Nicky Robinson (45, 66 et un drop à la 55e), qui a longtemps maintenu Castres à portée de fusil. Avant le break des Tarnais marqué par un essai du jeune demi de mêlée Antoine Dupont (70), âgé d'à peine 19 ans et titularisé à l'ouverture pour pallier les blessures d'Urdapilleta et de Julien Dumora, et un essai de pénalité (75), sanctionnant la domination des Tarnais en mêlée. Oyonnax sauva un peu son honneur juste avant la sirène avec un dernier essai de Jérémie Maurouard (79).

Les points :

Castres: 4 essais Seron (8), Grosso (20), Dupont (70), de pénalité (75), 3 transformations Palis (8, 20, 75), 3 pénalités Palis (48, 52, 60)
Oyonnax: 3 essais Tawalo (1, 30), Maurouard (79), 1 transformation Robinson (79), 2 pénalités Robinson (45, 66), 1 drop Robinson (55)

Exclusion temporaire :

Oyonnax: Guillamon (52, fautes répétées)

Les équipes

Castres : Palis - Smith, Wulf (Combezou, 73), Cabannes (Lamerat, 61), Grosso - (o) Dupont, (m) Seron - Diarra (Bias, 56), Tulou, Caballero - Capo Ortega (cap) (Faasalele, 73), Samson (Desroche, 75) - Wihongi (Montes, 74), Mach (Rallier, 74), Forestier (Houerie, 74)

Oyonnax : Etienne - Codjo (Lespinas, 66), Sheridan, Hansell-Pune (cap), Tawalo - (o) Robinson, (m) Weepu (Cibray 39-40, puis 74) - Missoup, Wannenburg (Clerc, 57-62 puis Faure, 62), Gunther (Sobela, 74)- Metz (Power, 62), Robson -Clerc (Guillamon, 40), Jenneker (Maurouard, 74), Wright (Rapant, 74)
Les réactions d'après-match
Olivier Azam (entraîneur d'Oyonnax) :
"On a des regrets, on a réussi à coller au score tout le match, on a posé des problèmes aux Castrais mais on a eu trop de pénalités en mêlée, on n'a pas été assez compacts dans ce secteur. Il aurait fallu avoir plus d'impact physique, les Castrais ont bien joué le coup, sur deux rucks, ils ont marqué deux essais et ça a fait la différence. On sait qu'on a encore beaucoup de travail à faire avec tous les changements de joueurs à l'intersaison, il va falloir qu'on s'améliore en défense, il va falloir qu'on soit bien meilleurs à la reprise."

Christophe Urios (directeur sportif de Castres) :
"On a commencé le match après la première minute, il y a avait déjà 5-0 dans le nez, on a été surpris. Quand tu as l'ambition de jouer, ça peut te refroidir mais l'équipe n'a pas perdu le fil, ne s'est pas affolée. Sans vrai 10, ce n'était pas facile mais on a quand même réussi à assumer, c'est une jolie victoire, ça a été serré jusqu'au bout.