Cet article date de plus de 5 ans

Tourisme en Auvergne : bon début de saison mais peut mieux faire en anglais

Neige en hiver, soleil au printemps et chaleur en été, l'année 2015 est favorable au tourisme en Auvergne. Mais la majorité des touristes sont français, la région doit faire un effort pour attirer une clientèle internationale.

Le lac Pavin
Le lac Pavin © CC-BY-SA gwenole camus by Flickr.
La saison touristique de l'année 2015 est un bon cru : de la neige en abondance pour les vacances de printemps, de longs week-ends en mai et juin et enfin un début d'été chaud qui donne envie de prendre le frais près des lacs et à l'air de la montagne.

Les gîtes et les chambres d'hôtes affichent déjà en juillet un taux de réservation qui dépassent les réalisations de l'an dernier à la même période selon Jean-François Jobert, directeur du comité régional de développement touristique d'Auvergne. Mais pour l'instant la clientèle reste essentiellement française :  " pour la clientèle française on est la dixième région sur vingt-deux et on a fait le plein de ce qu'on pouvait faire en termes quantitatifs car devant nous ce sont des territoires de haute-montagne et littoraux. Pour la clientèle étrangère, on est en bas de tableau, plutôt dix-neuf ou vingtième selon les années."  

Pour travailler sur cette clientèle étrangère, la CCI d'Auvergne (chambre de commerce et d'industrie) met en oeuvre des outils promotionnels à l'étranger avec l'aide de l'état mais propose également aux acteurs du tourisme auvergnat de se former à l'anglais pour améliorer l'accueil de ces étrangers qui viennent pour l'essentiel des Pays-Bas ou d'Angleterre. 
Les professionnels du tourisme doivent faire des efforts et Jean-Michel Chavarochette, président de la commission tourisme à la CCI Auvergne, décline les outils mis à leur disposition :
durée de la vidéo: 00 min 45
Jean-Michel Chavarochette le 08/07/2015

Il faut donc apprendre l'anglais pour mieux accueillir la clientèle anglo-saxonne, mais pour d'autres continents, il est nécessaire de s'adapter et de se renseigner sur les us et coutumes. 
Par exemple, Jean-François Jobert donne quelques bons tuyaux à connaître pour développer la clientèle nippone "les japonais ne dorment que dans des chambres à deux lits et veulent une salle de bains avec une baignoire. Si vous êtes un établissement où il n'y a pas de lits séparés dans la même chambre et avec une baignoire, vous ne pouvez pas accueillir cette clientèle..."
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie