Tremblement de terre en Drôme-Ardèche : la commune de Viviers, durement touchée, dresse un premier bilan

Le mas d'Andenas sur la commune de Viviers (Ardèche) a été entièrement détruit par le séisme du 11 novembre. / © Renaud Gardette/FTV
Le mas d'Andenas sur la commune de Viviers (Ardèche) a été entièrement détruit par le séisme du 11 novembre. / © Renaud Gardette/FTV

La commune de Viviers a également été fortement touchée par le tremblement de terre du 11 novembre 2019. Plusieurs hameaux situés au nord de la commune et proches de la faille ont subis d'importants dégâts. Mais la vie reprend le dessus dans la cité épiscopale.

Par Nicolas Ferro

Une petite dizaine de hameaux situés principalement dans la partie nord de la commune de Viviers a subi d'importants dégâts. Cette zone est également proche de l'épicentre du séisme, elle se trouve à quelques encablures du hameau de la Rouvière et celui de Mélas du Teil qui ont connu eux aussi d'importants dégâts. 
 


Un hameau détruit 


Au hameau de Rocherenard, il n'y a plus âme qui vive. Tous les bâtiments ont été classés en rouge, ils ne sont plus habitables en l'état. La commune qui s'est occupée du relogement des habitants nous accompagne pour nous montrer les dégâts. Le maire Christian Lavis: " Il y a ici trois habitations dont une était en cours de restauration. Le toit est neuf et on voit bien que la maison s'est partiellement écroulée. Les deux maisons voisines ont été entièrement restaurées à l'intérieur et elles sont extrêmement fissurées au point qu'elles sont interdites d'accès." 

 

Les maisons du hameau de Rocherenard à Viviers (Ardèche) sont toutes classées en rouge, inhabitables depuis le 11 novembre. / © Nicolas Ferro/FTV
Les maisons du hameau de Rocherenard à Viviers (Ardèche) sont toutes classées en rouge, inhabitables depuis le 11 novembre. / © Nicolas Ferro/FTV



Le mas d'Andenas également fermé


Un peu plus au sud, au mas d'Andenas, le hameau est lui aussi classé en rouge, il est également interdit d'accès. Les propriétaires tiennent ici un gîte et organisent régulièrement des activités culturelles. Ils ont réussi à rester sur place en occupant une caravane. Ils peuvent ainsi s'occuper des quelques animaux présents sur le domaine. Marita Baracan, propriétaire des lieux: "On est à 500 mètres de la faille, on est exactement à l'épicentre du séisme, çà a été une énorme explosion. On ne pouvait pas comprendre ce qui avait pu provoquer une telle explosion et c'est en voyant les murets démolis du verger qu'on a compris que çà devait être un tremblement de terre. Comme on le voit, certains murs sont tombés, des toits aussi sont tombés mais surtout d'autres murs de chaque côté peuvent aussi tomber n'importe quand, ils sont très instables, il peut y avoir une nouvelle secousse n'importe quand "


La solidarité s'organise


Comme au Teil, une cellule de gestion de crise est active à la mairie de Viviers pour accompagner les sinistrés de la commune. Les pompiers sont aussi à pied d'oeuvre pour effectuer les expertises et la sécurisation des bâtiments. La gestion de l'urgence est toujours la priorité et les chiffres définitifs ne sont pas encore connus. A ce jour, 344 bâtiments ont été signalés pour avoir été touchés par le séisme et 47 d'entre eux sont interdits d'accès. La mairie s'est chargée de reloger une centaine de personnes. Thierry Véron, adjoint à l'urbanisme: " Nous avons la chance à Viviers d'avoir des bâtiments importants qui peuvent accueillir des personnes dans de bonnes conditions, je pense à un couvent mais nous avons eu aussi des personnes qui se sont présentées à nous pour pouvoir reloger quelques personnes ".


Le centre ville de Viviers n'a pas été impacté par la séisme. Seule la cathédrale présente quelques fissures supplémentaires. Une expertise a eu lieu très rapidement après le tremblement de terre ce qui a conduit la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) à fermer le lieu jusqu'à nouvel ordre.





 

La faille des Rouvières a déjà fait parler d’elle.

Les habitants de Viviers affirment connaître parfaitement la faille des Rouvières, qui passe par Viviers en allant en direction du Teil, passant juste à côté de la carrière Lafarge. Mais sur place, personne ne s’attendait à de tels dégâts.

Selon nos informations, certains scientifiques affirment que cette faille des Rouvières est bien documentée.

Depuis le Moyen-âge, cette fracture aurait déjà provoqué au moins 4 séismes équivalant sur cette même région.

Et dans un grand quart sud-est de la France, il y aurait eu 18 autres séismes équivalant, depuis 1509.

 

Sur le même sujet

Les + Lus