VIDEO. Savoie et Haute-Savoie : les équipes cynophiles de gendarmerie retrouvent leurs entraînements communs

Si les maîtres-chiens de gendarmerie s'entraînent au quotidien, le Covid a forcé à annuler bon nombre d'exercices en collectif. Les séances hebdomadaires ont enfin repris. Elles permettent d'immerger les chiens dans des conditions au plus près de la réalité opérationnelle

De la recherche de personnes, ou de stupéfiants, à l'appui judiciaire, les maîtres-chiens de la gendarmerie sont sollicités quasiment sur toutes les opérations
De la recherche de personnes, ou de stupéfiants, à l'appui judiciaire, les maîtres-chiens de la gendarmerie sont sollicités quasiment sur toutes les opérations © France 3 Alpes

A Albertville ce jeudi 4 mars,  les 17 maîtres-chiens de gendarmerie de Savoie et de Haute-Savoie sont tous sur le terrain. C'est la deuxième fois qu'ils peuvent ainsi reprendre ces séances d'entraînement en commun. L'agenda a été bousculé depuis l'apparition du Covid, et ces exercices qu'ils effectuent ensemble en général une fois par mois ont été annulés, jusqu'à ces dernières semaines.

S'entraîner ensemble est pourtant important pour les équipes, pour les gendarmes comme pour les chiens " entre les deux départements, on peut échanger nos dernières expériences, positives comme négatives, comparer nos techniques, échanger des astuces ou méthodes de dressage"  explique Olivier, maître-chien, " et pour les chiens, c'est essentiel de se retrouver sur un terrain plus agité, plus parasité que d'ordinaire, avec des mouvements et des manoeuvres qui se raprochent de l'atmosphère des missions opérationnelles".

Une mise en condition indispensable pour les équipes cynophiles spécialisées dans la recherche de stupéfiants, de billets, d’armes, de munitions ou de personnes disparues, dans le cadre d'opérations de secours, de contrôle ou encore d'enquêtes judiciaires.

"Nos chiens sont comme des sportifs de haut niveau, même s'ils sont au top, il faut travailler avec eux sans relâche, les entraîner encore et encore et répéter les scénarios, on le fait en binome plusieurs jours par semaine" précise Gérald Gleyo .

 

Reportage France 3 Alpes : Q. Duval, E. Sizariols & V. Muamba

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue recherche justice animaux covid-19