Côte d'Or : L'association des paralysés de France manifeste à Dijon

Une "marche noire de l'accessibilité" a été organisée mercredi 13 mars 2013. Objectif : dénoncer le délai accordé pour rendre les transports et les  bâtiments recevant du public accessibles aux personnes handicapées.

Malgré les engagements de la France, la société ne sera pas accessible aux personnes handicapées en 2015, dénonce l'Association des paralysés de France (APF)
Malgré les engagements de la France, la société ne sera pas accessible aux personnes handicapées en 2015, dénonce l'Association des paralysés de France (APF)
La délégation de Côte d'Or de l'APF (association des paralysés de France) a décidé de profiter de la Semaine nationale des personnes handicapées pour se faire entendre. En fin de matinée, les manifestants habillés de noir se sont rendus en cortège de la préfecture jusqu'à la place Darcy. Une nouvelle "marche noire de l'accessibilité" sera organisée à Beaune jeudi 14 mars.

La France ne respectera pas sa promesse en 2015

La loi handicap de 2005 a prévu de rendre accessibles aux personnes handicapées les transports et tous les  bâtiments recevant du public d'ici au 1er janvier 2015. Or, la France ne respectera pas ses engagements. C'est la conclusion d'un rapport qui a été remis au Premier ministre vendredi 1er mars 2013. Ce rapport a été rédigé par la sénatrice socialiste Claire-Lise Campion à la demande de Jean-Marc Ayrault. Ce dernier lui avait  demandé de faire un état des lieux de l'accessibilité et de réfléchir aux solutions pour la faire avancer.



Manque de volonté politique et d'argent

Les conclusions de l'élue de l'Essonne sont sans appel : "l'insuffisance de l'impulsion politique n'a pas permis de mobiliser les acteurs de terrain", affirme-t-elle. Le retard s'explique aussi par les coûts financiers significatifs de la mise en accessibilité des bâtiments, commerce et voiries, qui n'ont pas toujours été bien évalués, ou les délais nécessaires à l'ensemble des travaux, qui n'ont pas été bien appréciés.

Certains progrès sont "tangibles", par exemple pour les logements neufs : entre 84% et 99% seraient accessibles. "Malgré ces avancées, le chemin à parcourir d'ici 2015 n'en reste pas moins considérable", estime la sénatrice.

Un "report déguisé de l'échéance de 2015"

Claire-Lise Campion avance 40 propositions. La première d'entre elles concerne la mise en place "d'agendas d'accessibilité programmée", pour définir le coût des travaux nécessaires. La durée de leur mise en oeuvre pourrait s'inscrire dans une fourchette de 3 ou 4 ans, pouvant être reconduits 2 ou 3 ans.

Mais, l'Association des paralysés de France y voit un "report déguisé de l'échéance de 2015". "Ce rapport propose maintenant une accessibilité pour 2022, sans sanctions financières et fiscales automatiques pour les acteurs privées et publics ne respectant pas ce délai !", déplore-t-elle.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap