Mauvaise météo et ses conséquences économiques

Les étals des marchés sont pour l'instant fournis, mais les pluies récentes et le manque d'ensoleillement vont avoir des conséquences dans les semaines à venir / © FTV
Les étals des marchés sont pour l'instant fournis, mais les pluies récentes et le manque d'ensoleillement vont avoir des conséquences dans les semaines à venir / © FTV

La météo des jours actuels est loin d'une météo dite "de saison" : le printemps est encore loin !
Non seulement, la grisaille affecte le moral des ménages -- 20% d'ensoleillement en moins que la normale -- mais aussi le moral de l'économie : tourisme, consommation, habillement...

Par F.L.

Des records battus depuis le début du printemps
En effet, les températures actuelles sont en-dessous des normales de saison, 4 à 6 degrés inférieures, du jamais vu depuis vingt-cinq ans.
Le printemps le plus pluvieux depuis les années 1950, dans le sud-est de la France, en Mars, il est tombé 429 mm à Nice.
En Bourgogne, l'épisode pluvieux de fin avril a permis d'atteindre une moyenne entre 200 et 250 mm de pluie.

Les maraîchers dans l'inquiétude

Les producteurs de fruits et légumes sont dans la tourmente : avec des retards de floraison de deux à trois semaines, et les fortes précipitations, rien ne pousse !
Et côté consommateurs, le manque de soleil n'incite pas non plus à la consommation, un recul des ventes de 10 à 15 % est enregistré.

Le minstère de l'Agriculture reconnait la difficulté climatique
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a reconnu lundi à Bordeaux que le mauvais temps actuel entraîne "un retard à la fois sur la pollinisation et sur la maturation", notamment des fruits, non sans conséquences pour les maraîchers.

Reconnaissant le "retard à la fois sur la pollinisation et sur la maturation", M. Le Foll a affirmé que les températures inférieures à la normale et les précipitations ont des "conséquences qu'on commence à percevoir" chez "certains maraîchers, producteurs de fruits et viticulteurs".
"On a une crise climatique qui arrive mais on en a jamais la mesure avant d'en faire l'évaluation", a cependant souligné le ministre interrogé par des journalistes sur les conséquences des conditions climatiques automnales qui balaient actuellement la France.

Le reportage à Dijon, au marché des Halles et chez un maraîcher, par Pauline Ringenbach et Jean-Louis Saintain, le mardi 21 mai
(Intervenants : Mathieu Besset, Vendeur de légumes au marché de Dijon - Philippe Marande, Maraîcher de Messigny et Vantoux)
DMCloud:69645
Mauvaise météo et ses conséquences économiques
La mauvaise météo va avoir une incidence sur la production des fruits et légumes, dans les semaines à venir


 

Sur le même sujet

Les + Lus