La marque DIM n'est plus à vendre

L'usine DIM d'Autun (71)
L'usine DIM d'Autun (71)

Le fonds d'investissement américain Sun European Partners a décidé de suspendre la vente du groupe de sous-vêtements DBApparel qui regroupe les marques Dim, Playtex et Wonderbra, faute d'offres suffisamment intéressantes, selon le quotidien Les Echos.

Par AFP

La cession de DBApparel, racheté par Sun European Partners il y a six ans au groupe américain diversifié Sara Lee, avait été engagée en juin 2012. Sun European Partners a annoncé sa décision de "suspendre ses démarches exploratoires" au motif que "les offres ne reflétaient pas la valeur ni le fort potentiel de DBA".

Le groupe affirme "préparer avec le management de l'entreprise la future stratégie de DBA qui, en dépit du contexte économique, reste un acteur leader sur le marché du textile". Un développement à l'international, notamment en Allemagne, en Suisse et en Belgique seraient à l'étude, croit savoir le quotidien Les Echos. 

Le fonds américain visait initialement une valorisation de DBApparel de 600 millions d'euros, soit dix fois son résultat brut d'exploitation. Sur la dizaine de candidats intéressés, deux fonds acheteurs potentiels étaient encore en lice en décembre pour racheter le numéro un français de la lingerie. 

DBApparel emploie 7 500 personnes et compte sept usines dans le monde, dont la plus importante se situe à Autun (Saône-et-Loire), où a été fondé Dim en 1956.

Depuis sa reprise par Sun European Partners, le groupe textile a vu sa rentabilité opérationnelle multipliée par six, à 60 millions d'euros, au prix d'une profonde restructuration. La France représente 40% du chiffre d'affaires, qui s'élève à plus de 685 millions d'euros.

Sur le même sujet

Les + Lus