François Rebsamen ouvre le débat sur la “droitisation” de la société française

 François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat et sénateur-maire de Dijon. / © AFP PHOTO / PIERRE VERDY
François Rebsamen, président du groupe socialiste au Sénat et sénateur-maire de Dijon. / © AFP PHOTO / PIERRE VERDY

La droitisation de la société française : mythe ou réalité ? C'est le thème du colloque qui se tient au Sénat mercredi 5 juin 2013 à l'initiative du président du groupe socialiste au Sénat, François Rebsamen, et de la Fondation Jean-Jaurès.

Par B.L. avec l'AFP

La société française bouge en profondeur

Ce colloque réunit des politologues, des universitaires et des hommes politiques. Il est temps de relancer l'échange et le débat d'idées. Nous manquons aujourd'hui d'éléments, d'explications, d'analyses des phénomènes qui font bouger en profondeur la société française", déclare François Rebsamen, sénateur-maire PS de Dijon.

Une tentation du repli sur soi

L'élu bourguignon préfère parler "de tendance à la droitisation" de la société française. Selon lui, "on assiste à une libéralisation au niveau des moeurs de la société civile, qui évolue beaucoup plus rapidement que les lois. Et en même temps, (il y a) une société taraudée par des craintes, des peurs, liées à la mondialisation, l'ouverture des marchés, les phénomènes migratoires, peut-être à l'extrémisme religieux". Ces peurs pouvent entraîner une tentation du "repli sur soi, la poussée du mouvement identitaire". Ces phénomènes s'inscrivent "dans une tendance lourde au niveau européen" et il convient de savoir "quelles réponses la gauche peut y apporter aujourd'hui", estime François Rebsamen.

Le colloque devrait donner lieu à la publication d'une enquête "sur la droitisation des opinions publiques européennes" dans le Figaro et le Nouvel Observateur. Cette enquête a été réalisée du 16 au 29 mai 2013 par l'Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès auprès de 4 512 personnes en France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Espagne, Italie, Suisse.

L'impact de la crise financière de 2008

Les premiers éléments de cette enquête montrent l'impact de la crise financière de 2008 sur les opinions européennes, avec la volonté de voir l'Etat réguler l'économie (autour de 60% de réponses en ce sens en France, Allemagne, Espagne, Italie). Il y a aussi un écart notable entre la droite française et la droite allemande au sujet du mariage pour les couples homosexuels. L'électorat de droite en Allemagne se montre beaucoup plus favorable au mariage et à l'adoption d'enfants pour les couples homosexuels (63%) que l'électorat UMP, UDI et FN (30%).

Sur le même sujet

Les + Lus