Autun : un nouveau plan social pourrait toucher Dim, avec un impact sur la ville

Le groupe américain HanesBrands s'apprêterait à supprimer 400 emplois chez Dim, dont 160 au minimum sur le site d'Autun, révèle le journal Le Parisien ce mardi 7 avril.

L'officialisation devrait intervenir dans les prochains jours: 400 emplois seraient sur la sellette dans toutes les usines françaises de Dim. Le groupe américain HanesBrands aurait décidé de réduire les effectifs, et ce, moins d'un an après son rachat du célèbre fabricant de collants pour 400 M€.


Un nouveau coup dur pour les salariés bourguignons de Dim

Le site d'Autun, en Sâone-et-Loire, pourrait perdre 160 postes. Cet énième plan social fait suite à la fermeture des usines de Bourbon-Lancy en 2002 et de Château-Chinon (Nièvre) en 2006. Or, à chaque fois, les salariés de ces implantations se voyaient proposer un reclassement sur Autun, site qui a vu ses effectifs fondre de 350 postes en 2006. Les suppressions d'emplois ne concerneraient pas la fabrications de collants et de bas, ni le service logistique. 

Dim est implanté à Autun depuis les années 50. Ce site est le plus important du groupe textile. Environ un millier de salariés sont actuellement sous contrat. L'impact qu'aurait ces licenciements sur la ville devrait être important. Les Autunois sont inquiets. Rémy Rebeyrotte, maire de la commune, préfère attendre des précisions de la part de la direction de DIM pour se prononcer sur les conséquences de ces licenciements. 

Le reportage de Stéphane Robert et Gabriel Talon : 

  • Rémy Rebeyrotte, maire d'Autun

 

Revoir le reportage de Stéphane Robert et Gabriel Talon du mardi 7 avril, avec les interviews de :

  • Alain Germain, délégué du personnel CFE-CGC
  • Frédéric Besacier, délégué du personnel CFTC
 
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité