Agriculture : le Parlement valide la revalorisation des retraites

Le Parlement a validé, lundi 29 juin,  la revalorisation des retraites des agriculteurs de 75 % à 85 % du SMIC. Les syndicats saluent "le commencement d'une victoire". 
© Thierry Larret / Maxppp
" C’est une bataille de longue haleine qui avance enfin" pour Nicolas Girod, secrétaire National de la Confédération paysanne. Les pensions de retraite des exploitants agricoles vont être relevées à 85 % du Smic net agricole, soit 1 025 euros mensuels. 
 

" On en fait tout un foin, mais on ne demandait pas l’impossible !" 

Actuellement, la pension mensuelle brute est de 953 euros en moyenne pour les hommes, et 852 pour les femmes. La proposition de loi validée par le Parlement doit donc garantir 120 euros supplémentaires. 

" Ce ne sont pas des sommes énormes…. On en fait tout un foin, mais on ne demandait pas l’impossible !", a réagi Michel Raison, sénateur de Haute-Saône. L’ancien exploitant agricole reconnaît tout de même "une avancée". 
 

Une revalorisation pour les carrières complètes 

Jean-Michel Rondet, président départemental de la FNSEA Haute-Saône, reconnaît également "un commencement de victoire.... Mais ça n’est pas suffisant." Parmi les écueils dénoncés par le syndicat, "la pension minimum des conjoints collaborateurs, qui reste fixée à 555 euros par mois. Ce sont souvent les épouses, qui ont travaillé de longues journées, mais qui n’ont pas cotisé de la même manière ", détaille Jean Michel Rondet. 

Les revalorisations de retraite s’appliquent effectivement aux carrières complètes. Les syndicats demandent que les « carrières en pointillé » soient également concernées. 

Une entrée en vigueur qui fait débat 

Le texte a été porté par les députés André Chassaigne et Huguette Bello. Il prévoit une entrée en vigueur le 1er janvier 2022, au plus tard. "Arrêtons de tergiverser", a lancé le sénateur LR Michel Raison lors de son intervention, affirmant que la MSA (Sécurité sociale agricole) "est prête à régler le problème dès le 1er janvier 2021". "Si nous pouvons le faire plus tôt, nous le ferons", s'est engagé Laurent Pietraszewski, secrétaire d'Etat chargé des retraites. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie retraites