Automobile, nucléaire, hydrogène: que faut-il retenir du plan France 2030 présenté par Emmanuel Macron ?

Le chef de l'Etat a annoncé ce mardi 12 octobre 2021 près de 30 milliards d'investissements publics pour préparer la France de demain, et notamment son industrie, un secteur d'activité incontournable en Bourgogne-Franche-Comté.

A six mois de l'élection présidentielle, l'initiative ne doit rien au hasard et fera sourire certains. Le chef de l'Etat, très probable candidat à sa succession, a annoncé ce mardi 12 octobre un plan d'investissements de près de 30 milliards d'euros en imaginer la « dynamique que l’on peut prendre sur la décennie »

Emmanuel Macron affiche une ambition: « redevenir une grande nation d’innovation ».

Je ne suis pas en train de vous parler d'un rêve impossible

Emmanuel Macron

Autour de trois axes ("mieux produire", "mieux vivre" et "mieux comprendre le monde"), le président de la République a développé dix objectifs:

L'automobile et l'aéronautique, particulièrement implantées en Bourgogne-Franche-Comté, sont au coeur de ce projet France 2030. Emmanuel Macron a parlé de "deux secteurs au cœur de l’imaginaire français, qui doivent être au cœur de l’avenir industriel français". Il promet 4 milliards d’euros pour développer les transports du futur.

Le chef de l'Etat a également évoqué la pénurie de composants électroniques, qui paralyse régulièrement nos usines, notamment Stellantis (ex-PSA) à Sochaux. Six milliard d’euros seront investis pour "sécuriser la filière", dans le cadre d'une stratégie française et européenne. Il s'agit à la fois de "doubler notre production d’ici 2030" et d'aller "vers les applications les plus innovantes, de petites tailles".

En introduction de ce discours d'un peu plus d'une heure et demie à l'Elysée, Emmanuel Macron avait rappelé que la crise sanitaire avait souligné notre « dépendance vis-à-vis de l’étranger », et affirmé une conviction: « On doit rebâtir les termes d’une indépendance productive, française et européenne ».

Parmi les responsables politiques, chefs d'entreprise et étudiants conviés à écouter le chef de l'Etat figurait le député européen MoDem Christophe Grudler, élu du Territoire de Belfort.

 

Oui, la France a de l'audace

Christophe Grudler, député européen MoDem de Belfort

Plusieurs élus comtois de la majorité présidentielle ont salué les annonces d'Emmanuel Macron.

Lors des questions au gouvernement ce mardi après-midi, le député LREM du Doubs Eric Alauzet s'est félicité de l' "esprit de conquête incarné par le président de la République": "Avec ce plan, la France peut à nouveau voir grand et loin, et ainsi renouer avec son histoire et le génie français".

 

La députée LREM de Haute-Saône Barbara Bessot-Ballot a mis de son côté l'accent sur l'ambition agricole: "Il nous faut continuer à bien nourrir la population tout en protégeant la biodiversité et en décarbonant".

Présent à l'Elysée, le député européen MoDem Christophe Grudler s'est félicité des "très nombreuses annonces" dans une publication agrémentée d'un selfie avec le président de la République. Il estime dans un communiqué que ce plan "est déterminant pour le Nord Franche-Comté et pour Belfort (...) Nous sommes sur un bassin industriel qui a une vocation naturelle à devenir le fer de lance pour le développement de ces filières et je compte bien continuer de travailler activement pour que des retombées bénéficient à notre tissu économique".

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie automobile nucléaire environnement