Coronavirus Covid-19 : Edouard Philippe détaille le plan de déconfinement

Edouard Philippe a présenté les détails du plan de déconfinement. Il s'est exprimé depuis Matignon entouré de plusieurs de ses ministres. 
 

Le Premier ministre Edouard Philippe détaille le plan de déconfinement
Le Premier ministre Edouard Philippe détaille le plan de déconfinement © Ludovic MARIN / AFP
Edouard Philippe entouré de 4 de ses ministres a présenté ce jeudi après-midi les détails du plan de déconfinement du gouvernement et première information à retenir : la date de fin de confinement au 11 mai est actée pour de bon «une bonne nouvelle pour la France
« Nous allons débuter lundi prochain un processus très progressif qui va permettre au pays de sortir doucement mais surement du confinement. »

Un pays divisé en deux 

« dans la majeure partie nous avons réussi à freiner la vague épidémique (...) ce sont les départements verts. S'ils se maintiennent en vert les trois prochaines semaines, nous pourrons au tout début du mois de juin envisager une nouvelle étape de déconfinement.»
Pour ceux qui restent en rouge: 2 territoires feront l'objet d'une vigilance accrue Mayotte où le déconfinement est reporté et l'Île-de-France où le déconfinement sera engage mais avec une discipline renforcée.

La carte définitive des départements dévoilée


4 régions restent en rouge : Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté, Haute-de-France et Île-de-France.

Annonce du ministre de la Santé Olivier Veran « une prime de 1500 euros sera versée aux personnels des Ehpad dans les 33 départements dans lesquels l'épidémie est la plus de forte et de de 1000 euros ailleurs ».
Le gouvernement débloque au total 475 millions d'euros de crédits supplémentaires pour tous les personnels de tous les Ehpad de France, quel que soit leurs statuts.

Le retour à l’école

«Ce ne sera pas une rentrée ordinaire mais une reprise, avec quatre situations possibles», indique le ministre de l'Education nationale. Soit l'enfant sera à l'école, soit en étude, dans les locaux périscolaires ou à la maison, dans le cadre de l'enseignement à distance.
«80% à 85% des 50 000 écoles de France vont ouvrir la semaine prochaine», annonce Jean-Michel Blanquer  avec 130 000 professeurs environ pour les accueillir.
Dans les départements verts, les collèges rouvriront le 18 mai. Autrement dit dans notre région, on ne sait pas quand les collégiens retrouveront le chemin des classes. 

Les transports en commun

«Le télétravail pour tous ceux qui le peuvent restera la règle», annonce la ministre des transports, Elisabeth Borne. 
«Les déplacements interrégionaux seront très fortement limités pendant la première période du déconfinement» précise la ministre. «L'offre sera volontairement réduite. Pour les TGV et Intercités, on passera de 7% de l'offre à 20 à 30% le 11 mai avec maximum 40% de l'offre habituelle fin mai».
L’absence de masque sera verbalisée à hauteur de 135 euros.
 

Quid des motifs valables de déplacements à plus de 100 km ?

Pour faire respecter la règle des 100 kilomètres, une «nouvelle attestation sera publiée» sur le site du ministère de l'Intérieur, annonce Christophe Castaner.
Edouard Philippe précise que cette règle peut avoir des entorses pour «motif impérieux». Il s'agit par exemple d'un «motif professionnel indispensable, l'assistance à un parent vulnérable ou à un enfant vulnérable» indique le Premier ministre.

Concernant l'accès aux plages, «la règle générale reste la fermeture mais le préfet pourra autoriser l'accès aux plages, lacs et centres nautiques sur demandes des maires».
Les frontières restent fermées mais la «libre circulation des travailleurs transfrontaliers reste préservée» ajoute le ministre.

La situation sur le front de l'économie 

«La vie sociale et économique va pourvoir redémarrer» indique Bruno Le Maire. Le ministre de l'Economie et des Finances précise que «le 11 mai, tous les commerces rouvriront à l'exception des cafés, bars, restaurants. Nous fixerons la date de réouverture à la fin du mois de mai.»
«S'agissant des centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrés, ils pourront rouvrir en accord avec les préfets sauf en Ile-de-France, où les risques sanitaires nous amènent à reporter leur ouverture».
«Les charges sociales patronales de mars, avril et mai seront totalement supprimées pour tous les secteurs contraints à une fermeture administrative».

« Dans trois semaines, nous saurons où nous en sommes, si nous avons réussi à contenir l'épidémie » conclue le Premier ministre. Si les cas en réanimation « restent bas, nous pourrons nous en féliciter et passer à une nouvelle phase, en élargissant nos libertés. Si ce n'est pas le cas, nous en tirerons les conséquences et nous adapterons » précise Edouard Philippe.  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement