Côte-d'Or : les gendarmes interrompent une fête illégale réunissant 50 à 70 personnes

50 à 70 personnes ont participé dans la nuit du 11 avril à un anniversaire organisé clandestinement dans les bois de la commune de Ternant en Côte-d'Or. Alertés par les riverains, les gendarmes sont intervenus sous les coups de 3 heures du matin. Deux fêtards ont été interpellés.

Ils se sont fait remarquer parce qu’ils faisaient trop de bruits. Les gendarmes ont interrompu vers 3 heures du matin ce dimanche 11 avril une fête d’anniversaire qui a réuni entre 50 et 70 participants dans les bois de la commune de Ternant (Côte-d'Or).

Alertés par le bruit des festivités, véritable rave party, les voisins ont appelé les gendarmes qui sont intervenus sur place. La quinzaine de militaires venus de Dijon et de Beaune ont été reçus par des tirs de pierres et de canettes et ont dû utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser le groupe de fêtards.

Une photo des festivités a notamment été partagée sur le réseau social Snapchat.

Deux personnes interpellées, dont le potentiel organisateur

Deux personnes ont été interpellées et placées en garde-à-vue. Le premier serait potentiellement l’organisateur des festivités qui célébrait ses 24 ans. Il pourrait être poursuivi devant le tribunal de police pour "organisation d’une manifestation publique hors de tout cadre légal".

Son matériel de sono a été saisi. Il devrait tout de même être libéré dans les prochaines heures.

Le second interpellé aurait refusé le contrôle des gendarmes et se serait rebellé, tirant notamment des pierres sur les militaires. L’un d’entre eux aurait été touché, sans être blessé. Sa garde-à-vue devrait être prolongée. Il pourrait également être présenté à un juge ce lundi 12 avril.

Le maire de Ternant, Régis Dorland, a expliqué vouloir porter plainte en raison des dégâts commis dans les bois de sa commune.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité