Crise énergétique : des "casques bleus" pour aider les entreprises en difficulté en Côte-d'Or

Publié le
Écrit par Gaël Simon .

Ce jeudi 1er décembre, le département de la Côte-d'Or lance le Groupement de Prévention (GPA), un réseau d'experts bénévoles pour soutenir et accompagner les entreprises en difficulté. Une aide précieuse dans le contexte de la hausse des coûts de l'énergie.

"Ma petite entreprise ne connaît pas la crise". Ce titre d'Alain Bashung sorti en 1994, le département de la Côte-d'Or voudrait en faire son crédo. Ce jeudi 1er décembre, le conseil départemental ainsi que plusieurs de ses partenaires ont donné le coup d'envoi du Groupement de Prévention (GPA) de Côte-d'Or. Un dispositif, le premier du genre en Bourgogne, destiné à accompagner des entreprises en difficulté pour éviter leur redressement judiciaire.

Concrètement, des dirigeants, cadres et experts ayant acquis une compétence comptable, financière ou encore juridique interviennent bénévolement pour aider les structures en crise. Ces bénévoles, on les nomme les casques bleus. "Ce lancement est important dans un contexte difficile pour les entreprises avec la hausse des coûts de l'énergie. L'objectif, c'est de faire face. Et on ne peut faire face que si on est ensemble", a précisé François Sauvadet, président du département lors du lancement du dispositif. 

Pour l'occasion, 60 personnes étaient présentes, dont des chefs d'entreprise locaux invités à rejoindre le GPA. Pour l'heure, près de 35 bénévoles se sont déjà portés volontaires. 50 sont attendus au total. Inscrit dans les années 1980 dans le Code du commerce, le système a été réellement développé il y a 5 ans, notamment dans le Val-de-Loire avant de s'exporter dans d'autres régions de France.

Comment fonctionne le dispositif ?

"Plus on intervient tôt quand il y a des difficultés, plus on a de chance de s'en sortir. Chaque entreprise qu'on sauvera, ce sera une espérance nouvelle donnée à la France", confie François Sauvadet. Concrètement, un chef d'entreprise en difficulté peut contacter la ligne téléphone du GPA de Côte-d'Or au 09 61 05 73 39. Celle-ci a été lancée ce mercredi 30 novembre.

"Nous avons aussi créé tout un réseau de lanceurs d'alerte qui vont nous aider et signaler des dossiers qui mériteraient d'être soutenus", ajoute Rémy Seguin, président du GPA 21. Des syndicats, avocats spécialisés, experts-comptables ou encore chambres de commerce peuvent également saisir le Groupement de Prévention.

Un coordinateur de la structure évalue ensuite la situation et désigne un binôme de bénévoles pour accompagner l'entreprise en difficulté. Dans le détail, les entreprises que le GPA de Côte-d'Or peut accompagner sont celles inscrites au registre du commerce. Les agriculteurs et les professions libérales ne sont pas concernées par le dispositif. 

Objectif : un taux de réussite de 70 %

"L'entrepreneur est toujours entouré de personnes mais est profondément isolé parce qu'il ne parle pas, il garde tout. Car s'il parle, tout s'effondre : ses engagements avec sa banque, ses fournisseurs. Il faut un lieu, des hommes, des femmes à qui parler avec un tiers de confiance. Le GPA avec des personnes bénévoles, neutres et humanistes est la réponse adaptée", estime Pascal Gautheron, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bourgogne.

Une fois prise en charge, les bénévoles du GPA de Côte-d'Or ont pour mission d'établir un diagnostic de l'état de la société et d'établir un plan de sortie des difficultés. "Nous apportons des éléments d'analyse, mais ce n'est pas nous qui allons faire le travail. On va aider le chef d'entreprise à comprendre ce qu'il a et de déterminer ce qu'il n'a pas", indique Rémy Seguin.

Avec ce fonctionnement, le GPA de Côte-d'Or vise les 70 % de taux de réussite avec les entreprises aidées. Ce sont les statistiques qu'affiche le dispositif dans le nord Franche-Comté, où il a été lancé au printemps 2021. 

Après la Côte-d'Or, c'est la Saône-et-Loire qui devrait adopter le dispositif d'accompagnement à partir du premier semestre 2023.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité